• « Agréger

    les forces individuelles et collectives

    qui veulent ouvrir

    une perspective émancipatrice »

    Entretien avec Clémentine Autain

    Propos recueillis par Jean-Claude Mamet.

    Publié dans le numéro 45 de Contretemps.


    votre commentaire
  • Ségur de la santé :

    mise en scène d'un enfumage

    Sur le site national d'Ensemble! >>>>>>


    votre commentaire
  • Ensemble !

    Réunion du Collectif National

    Visio-conférence du 6 juin 2020

    Document préparatoire


    votre commentaire
  • Document Ensemble !
    Nouvelle version du cahier électronique
    sur la crise sanitaire Coronavirus
    Version 2 du 26 mai 2020


    votre commentaire
  • Plus jamais ça !

    Construisons ensemble le Jour d’après !

     

    Infos Ensemble !

     

    Une réunion s'est tenue le 20 mai 2020 entre les organisations syndicales et associatives à l'initiative de l'appel et les organisations politiques.

     

     

    Présents pour les organisations syndicales et associatives :

     

    - syndicats : CGT, FSU, Solidaires, UNL, Confédération paysanne.

     

    - associations : Attac, Greenpeace, Alternatiba, Oxfam, ANV Cop 21, Amis de la terre, Copernic, DAL, Convergence services publics.

     

    Pour les organisations politiques:

    Ensemble!

    LFI, EELV, PCF, PS, NPA, Place Publique, GDS, Générations, GRS,

     

     

    Introduction et expression à plusieurs voix  : (Attac, Greenpeace, Oxfam, CGT, FSU, Solidaires, etc.) :

     

    - 31 organisations sont maintenant dans le cadre commun de l'appel :

     

    Action Non-Violente COP 21, Alternatiba, Attac France, CCFD Terre Solidaire, Confédération paysanne, CGT, Convergence nationale des Services Publics, Fédération syndicale unitaire (FSU), Fondation Copernic, Greenpeace France, les Amis de la Terre France, Oxfam France, Reclaim Finance, Unef, Union syndicale Solidaires, 350.org., Action Aid France, Droit au logement, Femmes Égalité, Fidl, i-buycott, Il est encore temps, Le mouvement, MAN, MNL, Notre affaire à tous, Partager c’est sympa, Syndicat des Avocats de France, Syndicat de la Magistrature, UNL, Utopia.

     

    - rappel texte et pétition >>>>>

     

    - pétition : 200 000 signatures actuellement recensées

     

    - mise en place de collectifs locaux.

     

    - indépendance par rapport aux partis politiques.

     

    - Le cadre de l'appel n’a pas vocation à inclure les partis politiques.

     

    - élaboration d’un document plus substantiel en cours, avec des mesures concrètes et des mesures sur le fond. Il sera disponible la semaine prochaine.

     

    - volonté de co-construire sans hiérarchie

     

    - une déclaration commune des forces politiques serait un signal intéressant.

     

    Positionnement des partis politiques :

     

    Tout le monde sans exception se dit prêt à agir concrètement sur des mesures d’urgence.

     

    Ensemble! se positionne pour que les forces politiques fassent une déclaration commune de soutien  à l'appel, afin de faciliter le dialogue.

     

    Une nouvelle réunion est prévue début juin (sans date précise pour l'instant).

     

     

    Conclusion pour Ensemble ! :

     

    - Une réuniontotalement inédite par les représentations.

    Jamais vue !

     

    - continuer la recherche pour une déclaration commune des organisations politiques, laquelle est  même souhaitée par les organisations du mouvement social.

     

    - Et d'autre part, accord aussi pour travailler sur le fond des propositions.

     

    Génération.s et Place Publique ont pris contact avec Ensemble ! et GDS pour continuer l’idée d’une déclaration commune de tout le monde.

     

     


    votre commentaire
  • Coronavirus - Covid 19 - Mai 2020

    Cahier électronique d'Ensemble

    sur la crise sanitaire

    A la une du Blog : 25 Janvier 2015

    Ensemble Finistère !

    Mouvement

    pour une alternative de gauche

    écologiste et solidaire.

    Mise à jour : aujourd'hui...

    Courriel : ensemble29@orange.fr

    Un cahier électronique d'Ensemble!

    consacré à  la crise sanitaire

    a été publié sur le site national à l'adresse ci dessous :

    A lire et télécharger ici :

    https://www.ensemble-fdg.org/content/planete-larret-mondialisation-contaminee-construisons-une-alternative-de-gauche-et


    N'hésitez pas à le diffuser largement.


    Ce cahier a vocation a être enrichi dans les prochaines semaines.


    Le secrétariat de l'EAN

     

     


    votre commentaire
  • Quand c'est l'Heure,

    Il faut y répondre...

     

    Avec le texte des 18, devenus 25, un cadre existe pour débattre publiquement des projets et buts communs.

    La multiplication des Appels montre que celles et ceux qui veulent y participer sont en nombre.  

     

    Ensemble !, en tant que mouvement, ou par l'intermédiaire de ses collectifs et de de ses militants est présent dans la plupart de ces textes, parfois à leur initiative.

    En tant que mouvement Ensemble a marqué son soutien à l'appel dit des 18 (devenus 25), et a répondu favorablement à la proposition d'une rencontre entre cet appel, rassemblant syndicalistes et associatifs, et d'autres plus directement politiques.

     

    A ceux déjà existants est venu récemment s'ajouter celui intitulé

    « Ensemble, tout est possible, soyons responsables »

    et publié sur Mediapart.

     

    Plusieurs membres du mouvement ont été à l'origine de ce texte, sont intervenus par rapport à son contenu et dans les contacts pris pour enrichir les signatures.                                                                                                                            

    Par comparaison à d'autres, il se caractérise  par  l'ampleur des questions qu'il soumet au débat et des propositions avancées (par exemple sur les questions internationales).

    Son autre caractéristique est l'arc très large des signatures, qui va de membres de l'UCL à des socialistes, avec une présence forte de la gauche d'EELV et une sensibilité du PCF, et aussi des syndicalistes et des associatifs.

     

    Une discussion stratégique devra permettre de délimiter les liens entre les exigences immédiates liées aux résistances indispensables, aux droits à imposer un peu dans l’urgence ;

    mais aussi les formes de mise en cause des rapports de domination et du pouvoir de la classe dirigeante ;

    et donc les priorités sociales et écologiques des productions à réorganiser.

    Cela ne se sépare pas des transformations des institutions :

    la démocratie représentative ne doit  plus  être victime du présidentialisme et des dérives d’un pouvoir incontrôlable ;

    nous  mettrons en débat la dynamique de la  démocratie directe et des éléments d’autogestion.

     

    Parmi une petite dizaine d’autres urgences soulignées par la situation, ce texte (Prise de conscience des inégalités ?) en souligne surtout une, avec ce qu’elle révèle et ce qu’elle implique.

     

    Admettons qu’elle soit immédiatement d’actualité aux yeux de toutes et tous dans Ensemble !,

    comme nous le souhaitons.

    Notre organisation en ferait un axe politique pour tracer buts communs et dynamique de regroupement ;

    cela permettrait à notre organisation de se faire mieux entendre.

    Avec quelques autres sujets voisins…

    Si besoin, que ce soit une orientation soumise au débat en vue du prochain Collectif national, début juin.

    Pourquoi ce délai ?

    Parce que nous sommes membres de notre organisation.

     

     

    Personne sous le seuil de pauvreté !

    Pourquoi insister sur ce point ?

    Cette contribution-ci vise à se saisir d’une situation pour poser une question qui reste sous silence depuis des années, de façon très lourde.

    Il faudrait faire exister, dans la conscience de toutes les couches salariées, une conscience des liens indissolubles à l’égard d’à peu 10 millions de précaires/chômeurs.

    Tant qu’il n’existe pas, pour une grande partie des salarié.e.s, une nette conscience opposée aux inégalités, - opposée au fatalisme devant le chômage -, une perception de l’unité du bloc social des couches salariées, avec des statuts « corrects » ou « subalternes »… beaucoup d’énergie dans des luttes sociales, passe à limiter la casse, prôner l’unité  malgré la diversité des situations, sans avoir assez de légitimité culturelle et politique pour rassembler et entraîner assez de monde.

    Nous le savons depuis quelques années… à vrai dire depuis au moins la création d’AC.

     

    Il nous a semblé utile de ne pas ruser avec la question du droit au salaire et au travail, et à la formation tout au long de la vie ; et nous avons, comme organisation, un arsenal de textes et d’arguments travaillés, dont certains sont sur le site d’E !

     

    Mais cela laissait, de fait, de côté les situations de beaucoup trop de monde. 

    Certes, si elle avait été menée depuis 2002, la bataille politique pour le salaire garanti et un Nouveau statut du travail salarié aurait pu et pourrait répondre aux diverses situations éclatées !

    Mais les organisations politiques des diverses « gauche » n’ont pas mené ce débat.

    Et, sans perdre le fil du changement des rapports sociaux, il nous faut proposer une façon de répondre qui puisse unifier ces luttes pour les salaires et pour sortir de la misère environ 10 millions de salarié.e.s.

     

    Notre contribution précise la démarche qui nous amène à dire « aucun revenu inférieur au seuil de pauvreté » ;

    et cela veut dire pas au-dessous de 60% du revenu médian (voir la contribution ci-après, et en attaché).

    Qui osera dire : oui il peut y avoir une démocratie qui se dise pour l’égalité et accepte des revenus autour de 500€.

    Qui dira « non » quand nous disons  « pas moins de 1250€ » ?

     

    Un bloc social de classe autour du salariat

     

    Il faut un lien politique entre tous les types de salariat…

    D’où « personne au-dessous du seuil de pauvreté » !

    L’expression a une résonnance « caritative » et « statistique » ?

    Mais elle vise à saisir des sentiments exprimés pour en cristalliser la portée politique.

     

    Il faut aussi une augmentation du SMIC : 1800€ pour un temps de travail à 32h/semaine.

    Et le SMIC minimum conventionnel partout, pour l’égalité femmes-hommes.

    Un plafond des revenus salariaux à 4 fois le SMIC,  soit plus de 95% des salarié.e.s.

                                                                      

     

    « Prendre l’argent où il est ! »

    Il est utile de voir comment ont joué, durant trente ans, ces effets  des politiques directement néo-libérales, ou soumises à cet « ordre du monde », - pour dire la nuance des « gouvernements de gauche »…-.

    De 1983 à 2015, la part des 1% est passée de 7% du patrimoine à 17 % en 2018… Les 10% le plus riches possèdent 48% du patrimoine et, de fait, la retraite est le seul patrimoine de celles/ceux qui n’en ont pas.

     

    En socialisant cette part trop grande (sic !) des riches, il y a moyen de réduire les inégalités et de rétablir les services publics et les gratuités mises à mal en trente ans.

     

    Évidemment, cet axe doit se compléter, pour que nos débats soient audibles avec les exigences voisines :

    • Un  plan de rétablissements de moyens de soin : hôpitaux, embauches, salaires, dissolution des ARS et gestion démocratique de la politique de santé.
    • Contrôle public et démocratique sur les médicaments et les équipements,  avec une nationalisation des entreprises pour une organisation solidaire en Europe et mondialement.
    • La régularisation des sans-papiers et l’accueil digne des migrants.
    • Les aides publiques au maintien d’activités  et  de productions utiles  et  développer des pratiques alternatives et une coopération écologique et sociale à partir des territoires, sur toute la planète.
    • Et beaucoup de  ce qui est développé dans le texte « Ensemble, tout est possible… »

     

    --------------------------------------------------

    Une prise de conscience des inégalités ?

    (10 mai 2020)

    Malgré les déclarations d’intention et les proclamations solidaires, les pauvres, les précaires, ... bref, le bas de l’échelle est encore un angle mort dans les propositions et exigences de la gauche même la plus radicale. Si nous voulons unir toutes et tous les exploité.es, et ne pas donner prise aux discours diviseurs des in et des outsiders, il nous faut apporter des réponses qui les réintègrent dans la société.

    Des exigences élémentaires d’égalité.

    Dans le contexte de la pandémie, il s’exprime une forte remise en cause des inégalités des conditions de vies insupportables aux salarié.e.s de base et aux précaires (qui voient le salaire minimum divisé par 2 ou 3, ou plus). Cette prise de conscience, effet de la crise sanitaire, pourrait être très bénéfique… si elle permet de mettre les points sur les « i ».

    Nous n’oublions pas que le chômage, la précarisation et l’entretien de la pauvreté sont des outils stratégiques pour le Capital et les politiques de division qui lui sont vitales.

    Nous pouvons viser quelques revendications, des repères, pour qu’un bloc social oppose des buts politiques différents des politiques suivies depuis tant d’années. Nos chiffres sont dans les termes actuels, les modalités de justification viennent ensuite…

    Un résumé, suivi de quelques arguments.

    Un minimum garanti à 1250€ pour tous les revenus, les pensions, le plancher des retraites, les allocations garanties comme droit individuel.

    Un SMIC net augmenté à 1800€, comme minimum de base de toutes les conventions de branches, pour un temps de travail sans doute réduit à 32h/semaine

    Un plafond des revenus salariaux à 4 fois le SMIC, parce qu’ainsi plus de 95% des salarié.e.s sont concerné.e.s et ainsi la discussion sur ceux/celles « au-dessus » appellent des négociations syndicales.

    Un débat et un traitement politique s’impose au sujet des patrimoines, et d’abord une connaissance des informations : 5% possèdent 30% ; 50% possèdent 8%.

    Un passage obligé de ce débat : qui doit payer une plus grande égalité ?

    Nous avons l’habitude des discussions politiques menées entre « le moindre mal » et les promesses électorales, dans leur diversité. Sans doute cela traduit-il la composition effective de la population française dans sa hiérarchie sociale et économique réelle mais pas consciente. Il s’agit au moins de corriger les effets de trente ans de politique néolibérale.

    Quelques données1, pour parler d’égalité réellement, sur le plan matériel, qui joue plus qu’on ne le pense sur nos façon de discuter…:

    En moyenne, -en sachant qu’on devient rarement propriétaire avant 30 ans-, * les 10 % les plus fortunés possèdent 48% de l’ensemble du patrimoine. Ces 10% possèdent 700 fois plus que les 10% les moins fortunés ;

    * la moitié de la population (50%) se partage 8% du patrimoine. Ce n’est pas sans raison qu’on peut dire que la retraite, est le patrimoine de ceux qui n'en ont pas.

    Quelques précisions :

    * le 1%, les plus hauts, possèdent à eux seuls 17% ; * les 10 % les plus riches possèdent près de la moitié du patrimoine.

    Entre les 50 % du bas et les 10% du haut…, des inégalités et une nécessaire réforme des impôts.

    * 40% de la population possède environ 42%, avec des différences * 10 %, 7% du patrimoine ; * 10%, 9 % ; 10%, 12 % ; * et 10 %, 17 %

    En fait …

    * les 30% les plus riches de la population possèdent 70% du patrimoine, * 70% de la population se partagent, mal, 25% du patrimoine ; * et la moitié de la population (50%) se partage 8% du patrimoine

    * Parmi les 10% les plus fortuné.e.s, précisons un peu la hiérarchie : l’écart est de 600.000 à 1.900.000€, entre la moyenne de ces 10% et le 1% le plus haut. Ici, on est loin d’une pyramide : le haut ressemble à la pointe d’une longue épingle. Malgré les jalousies entre eux, ils sont d’accord pour condamner les « assisté.e.s » qui gagnent 1.000 fois moins que les plus « pauvres » d’entre eux.

    La part des revenus détenus par le 1 % des Français les plus riches est passée de 7 % en 1983 à 11 % en 2014, et 18 % en 2018, en comptant le patrimoine net, c'est-à-dire la richesse déduite de l'endettement (Les Echos, 19 déc. 2019).

    D’où cette remarque de bon sens : puisqu’ils n’étaient pas dans la misère en 1983, leur reprendre une part (un tiers ou plus ?) ne les réduiraient pas à la mendicité !

     

    Evidemment, c’est dans cette partie des richesses qu’il faut trouver une part à redistribuer, essentiellement par une politique d’équipements, de logements de qualité, de gratuités diverses pour de productions écologiquement et socialement utiles.

    Impôt sur le patrimoine, réforme générale des impôts, qui demande un ample débat public à partir des propositions déjà élaborées, et plus grande progressivité de l'impôt sur les dons et héritages.

     

    Moyenne et médiane
    La moyenne est égale à la somme des revenus des ménages divisée par le nombre de ceux ci. Mais le revenu disponible moyen par ménage (34 450 euros par an en 2008 en France) ne dit rien des inégalités.
    La médiane partage en deux parties égales. Le revenu disponible médian en France (50 % des ménages ont plus et 50 % ont moins)
    réduit le poids de ses hauts revenus  (28 570 euros par an en 2008) , mais il amalgame des catégories sociales très différentes dans des sous-ensembles trop larges . L’utilisation des déciles (la population est divisée par 10 %) permet une approche des inégalités mais là encore avec des limites (voir plus haut





    Pourquoi 1250€ ? Le minimum garanti doit faire sens à la fois pour les salaires et pour les autres revenus connus et déclarés.

    Le calcul sur le « seuil de pauvreté » peut servir de référence. Toute personne appartenant à un ménage dont le niveau de vie est inférieur à 60 % du niveau de vie médian est considéré comme pauvre. (Le niveau de vie monétaire s’évalue en comptabilisant les revenus, en déduisant les impôts et en ajoutant les prestations sociales). Soit 1041€.

    Notre but est de réduire l’inégalité en rapprochant les plus pauvres de la moyenne et en évitant la poursuite du décochage entre ceux-ci et le reste des salarié.e.s (rapport RSA/smic par exemple). Le salaire médian (50% au-dessus ou au-dessous de ce chiffre) est de 1800€ ; le revenu moyen est de 2400€…

    D’où la proposition : le revenu minimum au-dessus du seuil de pauvreté, parce que nous avons pour but de faire cesser l’inégalité subie par quelques millions de personnes. Cette somme, de plus, correspondrait à 75 % d’un SMIC net revalorisé de 400€ d’augmentation. 1250€, ce n’est vraiment pas beaucoup mais double les « revenus » les plus bas (allocations dont chômage pour les précaires et les temps partiels, RSA, ASS et autres minimas sociaux).

     

    Pourquoi un plafond de revenu ?

    Avec une pyramide qui englobe 95% des salariés, si elle va d’une fois le SMIC à 4 fois ce seuil, les discussions concernent du bas de l’échelle salariale au salaire d’ingénieurs.

    Changeons : le SMIC net doit augmenter de 400€ et se trouver à 1800€ et les autres salaires doivent être revus à la hausse. C’est assez simple (!) : 95% des salariés, dans ce cas seraient dans un éventail de 1 à 4 : 1250 x 4 = 5000/mois ; 60.000 dans l’année ! * Cela suppose des discussions entre salarié.e.s et organisations syndicales … Il faut ouvrir un débat public sur l’utilité sociale des diverses professions pour établir un rapport de forces dans les secteurs à bas salaires et aux emplois dévalorisés. Il faudra que le mouvement syndical puisse organiser ces larges discussions, en faisant reconnaître aux patronats la légitimité de la présence syndicale,  dans toutes les entreprises, toutes les branches. Souvenons-nous que près de 50% des branches, spécialement celles où travaillent beaucoup de femmes ont des minimas de branche au-dessous du SMIC. Souvenons-nous de l’utilisation de sous-traitances de sous-traitants, y compris par l’Etat. Y compris dans les maquis de l’aide à domicile… Beaucoup de choses sont et seront à corriger.

     

    Et les salaires au-dessus de ce « plafond » de 4 fois le SMIC ? Avec ces situations, 5 % environ du salariat, il s’agit, la plupart du temps de fonctions spéciales, responsabilités, technicité… Il s’agit donc de situations qui doivent être connues et justifiées, publiquement, sous le contrôle des travailleurs/euses et des organisations syndicales. Aujourd’hui, la fixation de ces hauts revenus « salariaux » est une prérogative exclusive des directions d’entreprise. Les cas discutés publiquement limiteront les arbitraires. De plus, les avantages monétaires devront s’accompagner de l’interdiction des avantages "boursiers", et être soumis à cotisations sociales y compris au-dessous de ce plafond.

    La CSG doit disparaître au profit de cotisations sociales.

     

    Des gratuités à construire

    Au- delà des augmentations de salaires il faut des exigences sur le blocage des loyers et lutter contre les logements vides et la spéculation ; il faut augmenter le champ de la gratuité sur les besoins essentiels : supprimer les parts fixes des abonnements de fluides : eau, gaz, électricité, et instaurer une tarification progressive ; des transports gratuits, sans oublier le droit à la santé, l’éducation, la culture et la justice.

     

    Il faut donc un lien entre un « bloc social » et un contrôle démocratique sur l’épargne des diverses couches riches de la population.



    Et que deviendrait donc l’épargne ?

    Après impôts, il restera des formes diverses d’épargne. Là se pose la question de démocratiser la façon de traiter cette épargne : on ne voit pas pourquoi, hormis privilège d’une classe voulant exercer le pouvoir, une épargne donnerait le droit de diriger des entreprises !

    Une épargne à garantir, dans ce monde tel qu’il est, elle peut parfaitement avoir un statut voisin du livret A, (avec un « plafond de défiscalisation, et de quel niveau ?) pour des sommes d’un niveau très différent : placée sous garantie publique, avec un taux de rapport qui au moins met à l’abri de la crise financière, des sommes peuvent rester de la possession des épargnants. Mais l’usage de ces fonds doit être sous le contrôle réellement démocratique : les usagers, les salariés, les syndicats, les collectivités locales discutent et font des choix. Un contrôle démocratique doit organiser les activités de la Banque Publique d’investissements et de la Caisse des dépôts ; des socialisations de secteurs stratégiques sont nécessaires pour satisfaire l’accès aux besoins fondamentaux de la population.

    Se créerait ainsi une sorte de lien concret entre les initiatives qui changent les rapports à la nature et les formes de productions, avec des instances et des espaces de discussion pour que se fasse la confrontation démocratique. Cela relève de la socialisation démocratique de l’économie et de sa gestion sous des formes qui se rapprochent d’une autogestion généralisée.

     

    (10 mai 2020)

     

     

    1 - Il faut se reporter aux publications de l’Observatoire des inégalités : www.inegalites.fr

     

    -----------------------------------------------------------

     

     


    votre commentaire
  • COMMUNIQUE

    DE  SOLIDARITE MIGRANT·ES COLLECTIF 06 (SOMICO 06) (*)

     

    Relaxe de Cédric Hérou

    par la Cour d'Appel de Lyon :

     

    Fin des multiples atteintes

    au droit à la frontière ?

     

     

    Depuis cette fatale décision prise en juin 2015 de fermer les frontières aux migrant·e·s, les pouvoirs publics entravent la marche de ces damné·e·s de la terre qui aspirent à trouver enfin un avenir digne de leur condition d’être humain dans notre riche Europe.

     

    Et depuis 5 ans donc, nombreu·x·ses sont ceux et celles qui aspirent à une même volonté de voir respecter le principe de Fraternité, militants d’association ou simples citoyens, à Menton, dans la vallée de la Roya, dans le Briançonnais et d’une façon générale en France.

     

    Beaucoup ne cessent pour cela d’être harcelé·e·s, par les préfectures, les forces de l’ordre qui font irruption au petit matin à leur domicile, l’arme au poing quitte à terroriser des enfants, les mettant en garde à vue, des ordinateurs et des smartphones saisis et jamais rendus, des procureurs qui les traînent en justice usant d’argument fallacieux quitte à tricher avec la langue française pour les faire condamner.

     

    Que de temps perdu, de forces gaspillées, d’humiliations vaines…

     

    Cédric Herrou est le premier à voir enfin reconnue par une cour d’appel la qualité authentiquement et exclusivement fraternelle de son soutien envers ces étranger·e·s désespéré·e·s.

     

    Il lui aura fallu des années de procédures (première garde à vue en août 2016, sans suite car l’immunité humanitaire avait été reconnue, puis le premier procès du 10/2/17 à Nice…), au total onze gardes à vue, les menottes au poignet en gare de Cannes, des perquisitions, des confiscations de ses outils de travail pendant des mois, des condamnations… aujourd’hui heureusement effacées.

     

    Mais d’autres encore sont en attente d’un jugement qui reconnaisse enfin leur qualité humaine et généreuse : une militante d’Amnesty International, de simples citoyen·ne·s, etc. Tou·s·tes vont devoir prochainement affronter leurs juges, et nous appelons en ce jour heureux à toujours plus de solidarité avec eux et avec elles.

     

    L’arrêt de la cour d’appel de Lyon qui annule tous les chefs d’accusation produits contre Cédric Herrou consacre le principe de fraternité, comme l’avait fait auparavant le Conseil constitutionnel. Il jette une lumière crue sur l’acharnement absurde dont certain·e·s militant·e·s humanitaires font toujours l’objet de la part de l’appareil d’État… et le gâchis des financements déployés pour cette répression, alors que tant de besoins sont en attente.

     

    L’urgence doit être maintenant pour ce dernier de mettre fin aux multiples atteintes au droit envers les personnes migrantes qui ont lieu sous son autorité, en particulier à la frontière.

     

    Nice le 16 mai 2020

     

    (*) SOMICO 06, constitué de :

    Roya Citoyenne - ATTAC 06 - LDH PACA - FSU 06 - CLAJ - Citoyens solidaires 06 - Mouvement de la Paix - MRAP 06 – RESF 06 - Solidaires 06 - Solidaires Etudiant.e.s Nice - Syndicat des Avocats de France – Vallées solidaires 06 - Collectif citoyen Bévéra – Artisans du monde 06 – Réseau décolonial 06

     

    Avec le soutien de : AID, Alternatives et Autogestion 06, Cimade 06, Ensemble! 06, Habitat et Citoyenneté, La France Insoumise 06, NPA 06, Parti de Gauche 06, PCF 06, Diem 25, Tous citoyens !, UD CGT 06


    votre commentaire
  • Toutes et tous ensemble,

    Refonder Ensemble !


    votre commentaire
  • Publication générale des comptes

    des partis et groupements politiques

    au titre de l'exercice 2018

     

    La C.N.C.C.F.P

    "Commission Nationale des Comptes de Campagne et Groupements Politiques"

    vient de publier le 8 mai 2020

    les comptes des partis politiques pour l'année 2018

    dont ceux d'Ensemble!

    A Lire ici >>>>>


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique