• APPEL COMMUN pour l'interdiction

    de la manifestation d'extrême-droite radicale

    prévue à Scrignac le 21 avril 2018 

     

    Nous, partis politiques de gauche, syndicats, associations défendant le progrès humain, la démocratie, refusant le racisme et le fascisme, nous demandons à la préfecture du Finistère et à l'Etat d'interdire le rassemblement de l'extrême-droite radicale prévu à Scrignac sous le mot d'ordre "Communistes assassins". 

    Les organisations et individus qui pourraient participer à ce rassemblement sont extrêmement dangereux pour notre démocratie, s'illustrant très régulièrement par des menaces sur les réseaux sociaux, un discours d'intimidation guerrier, une apologie de la collaboration armée et du nazisme. 

    Autoriser ce rassemblement serait irresponsable car nous savons bien le péril que représentent ces groupuscules très actifs sur internet et dans les manifestations racistes dans un contexte de montée des idées de haine, révisionnistes et d'extrême-droite en France et partout en Europe. 

    Cela signifierait accepter que l'on salisse les hommes de la Résistance en en faisant une bande d'assassins et que l'on voue un culte aux anciens collaborateurs. 

    La violence raciste et fasciste n'a pas sa place en Bretagne. Il faut refuser l'intimidation de la commune de Scrignac et de sa région, hauts lieux de la Résistance, qui gardent déjà un douloureux souvenirs des crimes commis par l'occupant et ses complices.

    Sachant que les démocrates, les progressistes et antifascistes ne sauront tolérer un tel rassemblement, il faut interdire, Monsieur le Préfet Lelarge, cette manifestation de l'extrême-droite radicale. 

    Les signataires actuels de l'appel:

    Les organisations finistériennes du : Parti Communiste Français, Parti Socialiste, Générations groupe local 4ème circonscription, France Insoumise, Ensemble, NPA

    Les organisations finistériennes de : la CGT, FSU, Solidaires, FIDL

     
     
     
     
     
     
     
    Second courrier au Préfet resté silencieux jusqu’à maintenant :
     
     
    Monsieur le Préfet, 
     
    Le PCF vous a adressé un courriel vendredi pour demander l'interdiction de la manifestation prévue à Scrignac par la mouvance la plus extrémiste de l'extrême-droite, de sensibilité identitaire, voire néo-nazie, le 21 avril, sous le mot d'ordre et l'étendard "Communistes Assassins". 
     
    Nous sommes étonnés de ne pas avoir reçu de réponse de votre part. 
     
    Hier, la FIDL vous a adressé un courrier vous demandant aussi d'interdire cette manifestation au mot d'ordre inquiétant et scandaleux, et qui pourrait menacer l'ordre public, la sécurité des biens et des personnes. 
     
    L'ANACR va aussi vous écrire. 
     
    Aujourd'hui, je peux vous envoyer un appel commun pour l'interdiction de cette manifestation déjà signé par les représentants finistériens de 10 organisations (partis politiques et syndicats). 
     
    Nous sommes en attente d'une réponse de votre part. 
     
    Nous sommes en attente d'une interdiction de cette manifestation de ces organisations violentes, fascistes, racistes, qui n'ont pas à pouvoir exprimer leur haine au grand jour dans notre République, surtout quand leurs militants profèrent des menaces tout à fait explicites sur les réseaux sociaux contre d'autres militants de gauche ou anti-racistes. 
     
    Ismaël Dupont, secrétaire départemental du PCF   

    votre commentaire
  • Châteaulin - Run Ar Puns
    Musique. Il faut sauver le soldat Run ar Puñs

    © Le Télégramme
     

    ---------------------------------------

    Le Run ar Puñs lance un financement participatif

     

    votre commentaire
  • CIAN 29 - Débat au Grand Bleu. La bombe et nous
     
    (collectif pour l’interdiction des armes nucléaires dans le Finistère)


    © Le Télégramme

    votre commentaire
  • Appel pour le droit d’asile

    et la suppression du règlement Dublin

     

    Marche pacifique et solidaire 
     
    Brest-Quimper les 7/8/9 avril 2018


    Pour comprendre le règlement Dublin : https://www.youtube.com/watch?v=f4mCR1N5HCQ
      
     

      

    Le règlement de Dublin bafoue la Déclaration universelle des droits humains, la Constitution française et la Convention de Genève. La menace qui pèse sur ces droits fondamentaux nous concerne toutes et tous !

     

    Pour leur survie et pour trouver la paix, beaucoup d'hommes, de femmes, d'adolescents, d'enfants, ou de familles entières, sont contraints de fuir leur pays. Mais le règlement Dublin ne donne pas aux exilés le droit de choisir un pays plutôt qu'un autre dans l'Europe de Schengen. Ainsi, pour mériter de demander l'asile à la France, il faut réussir à y entrer en traversant tous les pays qui l'entourent sans jamais avoir été contrôlé et contraint par la police de donner ses empreintes pour le fichier Eurodac qui stocke les empreintes digitales des demandeurs d'asile. 

        

    Sinon, c'est « Dublin », le statut de toutes les personnes que la préfecture se permet d'assigner à résidence ou qu'elle enferme en centre de rétention, ce que la future loi asile et immigration projette de systématiser, puis qu'elle expulse hors de France. Ces enfermements sont honteux car l’exil n’est pas un délit !

       

    Pourtant, grâce à l'article 17 du règlement Dublin, le préfet peut les autoriser à déposer leur demande d’asile en France. Hélas, malgré les nombreuses demandes qui lui sont faites, le préfet du Finistère ne semble pas décidé à user de son droit. Un article de la Constitution * française permet également de passer outre le règlement Dublin** .

        

    De nombreux collectifs et associations travaillant aux côtés des personnes en exil et pour la défense de leurs droits, se sont rassemblés. Ils vous invitent à participer à une marche pacifique en solidarité avec les dublinés, de Brest à Quimper, les 7, 8 et 9 avril. (Programme détaillé en pièce jointe)

    -       Samedi 7 avril : rassemblement à l’aéroport de Brest à 9h30, puis marche

    -       Dimanche 8 avril : journée infos-débats-films-ateliers, auberge espagnole à Châteaulin

    -       Lundi 9 avril : rassemblement à Douarnenez à 10h00 place de la Mairie, puis à 12h00 à Quimper place saint Corentin, avec prises de parole et marche jusqu'à la préfecture.

     

      
    Pour vous inscrire et/ou participer à l’organisation :
    https://goo.gl/forms/f3a8xNvNLNfS1Mzq2
      

     Si votre association, collectif, parti, syndicat ou organisation soutient l'appel à ces trois jours de marche, merci de nous en faire part au plus vite à l'adresse mail : fraternitedz@gmail.com pour que son nom puisse figurer dans le dossier qui sera remis à la presse. Pour une bonne lisibilité du sujet de ces trois jours, il est demandé à tous les participants de marcher sans drapeaux à l'effigie de partis politiques ou syndicats. Seuls seront acceptés les noms et logos de ces partis, syndicats et organisations sur des banderoles ou des pancartes dont le sujet principal sera clairement le droit d’asile et/ou la suppression du règlement Dublin.
      
     Pour info :  
    *Article 53-1 al 2 de la Constitution :“[...] Toutefois, même si la demande n'entre pas dans leur compétence en vertu de ces accords, les autorités de la République ont toujours le droit de donner asile à tout étranger persécuté en raison de son action en faveur de la liberté ou qui sollicite la protection de la France pour un autre motif.” **Article 17 du Règlement Dublin :  1. Par dérogation à l’article 3, paragraphe 1, chaque État membre peut décider d’examiner une demande de protection internationale qui lui est présentée par un ressortissant de pays tiers ou un apatride, même si cet examen ne lui incombe pas en vertu des critères fixés dans le présent règlement.”

     

    FRATERNITE DOUARNENEZ
    11 Bd Camille Réaud
    29100 Douarnenez

    votre commentaire
  • Logonna-Quimerc'h
    Permaculture. Le maraîchage change le monde
     
    Un collectif vient de lancer Les Jardins du Stum, à Logonna. Cet éco-lieu cultivé en permaculture regroupe une ferme maraîchère et une association, Brins d'éveil, destinée à faire découvrir la nature. Une autre façon de penser le monde, pour le changer.

    © Le Télégramme

    votre commentaire
  • AFPS Carhaix

    Palestine. « Une situation grave » selon J.-P. Jeudy

    © Le Télégramme

    votre commentaire
  • Doux - NPA29

    «Volailler Doux : Chronique d’une mort annoncée » 

    Le groupe Doux (ou ce qu’il en reste) est mis en liquidation judiciaire. Il continuera son activité en Avril (selon FO) Seule maigre perspective connue !!!

    En 2012 le groupe comptait 3400 salariéEs dont 1910 en Bretagne.

    En Mars 2018 il n’en reste plus que 1180 dont 880 en Bretagne.

    Depuis 2012 après redressement judiciaire et licenciements massifs, les ventes et achats à la découpe, se sont succédés pour en arriver aujourd’hui à une offre éventuelle de délocalisation du groupe Ukrainien MHP qui prévoit le transfert de l’essentiel de l’abattoir de Châteaulin (600 salariéEs dont 100 du siège central) vers l’Ukraine…. Sans compter la fermeture pure et simple de Chantonnay  en Vendée.

    Les «négociations» vont bon train avec un absent de taille les salariéEs qui assistent muets à un dépeçage en règle et à un avenir plombé qui sent la fin. Depuis des années les décisions à l’exportation, puis les ventes et achats du groupe se sont faîtes dans le dos et au détriment des salariéEs malgré des promesses fumeuses et des engagements de la région et de l’état.

    Rien n’a été fait pour remettre en cause les dégâts humains et écologiques du système agroalimentaire productiviste et capitaliste.

    Rien n’a été fait pour développer en alternative une politique agricole et agroalimentaire qui offrirait un autre avenir aux salariéEs de la filière surexploitéEs et précariséEs.

    En novembre 2013, le grand mouvement des salariéEs de l’agro en Finistère dit des « Bonnets Rouges» s’était déjà révolté contre les fermetures et licenciements massifs.

    Les réponses ne furent pas à la hauteur des attentes et toutes les énergies institutionnelles se liguèrent pour étouffer le mouvement.

    Au final aujourd’hui, s’il n’y a pas de riposte sociale d’envergure, ce sont les salariéEs qui en paieront les frais et ce très douloureusement.

    NPA 29


    votre commentaire
  • Collectif du Hameau du Run Ar Puns
     
    Collectif du Hameau du Run Ar Puns
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------
     
    Run ar Puñs. Le hameau va chercher 225.000 € sur Kengo

    © Le Télégramme

    votre commentaire