• Convergence nationale

    des collectifs de défense et de développement des services publics

    Le Programme Action Publique 2022

    contre les services publics

     

    Le Programme Action Publique 2022 / CAP 22 a été lancé par le 1er ministre E. Philippe en octobre 2017.

    L’enjeu est clair : « accompagner rapidement la baisse des dépenses publiques avec un engagement ferme : réduire de trois points la part de la dépense publique dans le PIB d'ici 2022. »

     

    Pour cela la destruction des services publics est au programme : « Cela pourra notamment conduire à proposer des transferts entre les différents niveaux de collectivités publiques, des transferts au secteur privé, voire des abandons de missions. »

     

    Pour E. Macron, peu importe les besoins des citoyens et l’aménagement équilibré du territoire ; les économies et les besoins de rentabilité financière priment sur tout le reste.

     

    Tous les services publics sont visés,

     

    Pour les activités qui ne peuvent dégager suffisamment de profits, c'est la perte de proximité et de qualité du service qui est visée, au nom de la baisse des dépenses publiques.

    Pour les activités rentables c'est la privatisation, c’est-à-dire le transfert d’une activité socialisée à la sphère marchande.

    Poste, SNCF avec l’ouverture à la concurrence, énergie, fermetures et mutualisations à l’hôpital, EHPAD, éducation nationale, Recherche, Logement social, Culture…

    Pas un service public n’y échappe !

    Le récent épisode neigeux a pourtant montré les conséquences pour les usagers des « économies » réalisées sur l’entretien du réseau ferré et les moyens de la DDE.

     

     Les collectivités territoriales aussi

     

    Dès 2018, les collectivités territoriales seront mises sous tutelle financière de Bercy par des « contrats » leur imposant des suppressions de services, notamment sociaux, et des réductions de personnels.

    La réorganisation de la région parisienne qui se trame vise le même objectif : en supprimant les conseils départementaux de la petite couronne, le gouvernement veut voir disparaître des services publics, des postes de fonctionnaires et éloigner les citoyens des lieux de décision.

     

      La démocratie bafouée

     

    De concertations bidons, en forums confidentiels entre amis, le gouvernement communique beaucoup, fait, presque chaque jour, de nouvelles annonces mais ne débat pas de ses projets.

    Les attaques contre le statut général des fonctionnaires et les statuts particuliers sont confirmées : développement du salaire au mérite, recrutement amplifié de non-titulaires, suppression de 120 000 postes de fonctionnaires (70 000 dans la fonction publique territoriale et 50 000 dans la fonction publique de l’Etat) à la seule fin de parvenir à 60 milliards d’euros d’économie sur le quinquennat.

     

     Le statut général, fondé sur les principes de responsabilité, d’égalité, de responsabilité et gage du haut niveau de qualification des personnels protège les citoyens et les citoyennes en leur assurant un traitement égal et impartial.

    C’est pourquoi nous, usagers des services publics, sommes tous concernés et voulons un plan de titularisation des non-titulaires.

     

    Ce que nous exigeons

     

     Convergence s’oppose à ces projets gouvernementaux.

    Ils ne doivent pas voir le jour.

     

     Nous voulons les mêmes services de qualité et de proximité, déterminés démocratiquement, sur tout le territoire français et le remboursement des soins médicaux à 100 % par la Sécurité sociale.

     Nous entendons travailler à l’amélioration de nos services publics et construire avec les personnels, les usagers et les élus, le service public du XXIème siècle.

     Convaincus que ces objectifs nécessitent l’assentiment et la mobilisation de toutes et tous, nous engageons un grand débat populaire en invitant nos concitoyen-e-s à remplir un questionnaire disponible sur notre site www.convergence-sp.fr.

     Nous appelons toutes les associations et organisations qui se reconnaissent dans ces objectifs à le relayer le plus largement possible pour qu’il contribue à créer un élan pour les mobilisations qui seront indispensables.

     

             Le 24 mars à la Bourse du Travail de Paris la Convergence appelle l’ensemble des organisations syndicales, associatives, politiques, les collectifs et les coordinations qui le souhaitent à établir collectivement les moyens d’actions pour participer à la contre-offensive pour la défense, le développement et la démocratisation des services publics.

    A cette occasion une première analyse des réponses à ce questionnaire sera effectuée.

     

     •         Convergence organisera une initiative nationale à la fin du printemps qui conclura une campagne de réunions locales, dont la 1ère se tiendra à Tours le 7 avril,

     

     •         Convergence apporte son plein soutien à la journée de mobilisation, de grève et de manifestations des fonctionnaires du 22 mars à l’appel de l’intersyndicale fonction publique CGT, FO, FSU, Solidaires, CGC, CFTC, FAPT.

     

    Pour que vive le service public, associations, syndicats et organisations politiques travaillons ensemble pour mobiliser les usagers, les personnels et les élus !

    www.convergence-sp.fr                                 ConvergenceServicesPublics@gmail.com


    votre commentaire
  • Liberté d’expression. Une manifestation mardi à Morlaix

    © Le Télégramme

    votre commentaire
  • Agressions violentes, menaces de mort

    à la maison des mineurs à Brest (Front Social 29)

     

    Salut,
    Pour info ci-dessous.
    La maison des mineurs est un squat "toléré" par la mairie.(28 rue jacques Cartier)
    Nous sommes allés sur place hier : les jeunes sont à cran et ont besoin d'échanger.
    Nous avons du partir avant d'avoir des nouvelles des blessés et des agresseurs mais nous en saurons plus aujourd'hui.
    A bientôt,
    le Front Social 29


    AGRESSIONS VIOLENTES, MENACES DE MORT A LA MAISON
    DES MINEURS A BREST .
    2 personnes traînées par une voiture, 5 personnes à l'hôpital pour des blessures légères.
    Plus que jamais besoin de soutien, jours et nuits...
    Le 7 Février vers 17h, une réunion d'organisation avait lieu à la maison des mineurs, entre les jeunes et les soutiens. Il y avait une vingtaine de personnes présentes. Une voiture est venue se garer devant la maison. A son bord, il y avait un conducteur et une enfant de 7-10 ans. L'homme est
    venu à la fenêtre menacer : « Dégagez, je vais revenir avec du monde pour brûler la maison ».
    Plusieurs personnes sont sorties pour aller à sa rencontre et lui demander de se calmer et de rentrer chez lui car il était dans un état second. Il a continué d'être violent et menaçant. Il s'est assis dans sa voiture, a craché au visage d'une personne en le menaçant de le « planter », puis a cherché
    quelque chose dans sa boîte à gants. Une personne s'est interposée, il a alors démarré violemment en marche arrière, traînant les deux personnes sur 10 à 15 mètres, les roues de la voiture frôlant leurs têtes. Puis il a remonté le chemin sinueux en accélérant en marche arrière, continuant de
    menacer les gens : « fils de pute, je vais vous cramer ».
    Un témoin de la scène a appelé le 17. 15 minutes plus tard, l'agresseur revient à pied, armé d'un couteau. Toutes les personnes présentes se sont réfugiées dans la maison, pour ne pas envenimer plus encore la situation. L'homme frappe avec son couteau sur la porte d'entrée, fêlant 2 vitres, en continuant à proférer menaces et insultes. Une dizaine de personnes sortent par la fenêtre pour le repousser. Il prend la fuite en courant. Arrivé à une certaine distance de la maison, il réitère ses insultes et menaces : « fils de pute, on va revenir à cinquante cramer la maison ».
    Plusieurs minutes après, un fourgon et trois agents de police arrivent sur les lieux. Les personnes leur témoignent les agressions subies. La police repart à sa recherche. Quelques minutes après l'agresseur revient dans le chemin accompagné de son père et son frère. Dès qu'il aperçoit une personne dans le jardin en contrebas, il sprinte sur 100 mètres pour lui sauter dessus. Le père et le frère (armé d'un poing américain), le suivent de près. S'en suit une altercation avec plusieurs jeunes.
    Une autre personne en train de filmer la scène, se voit rossée de coups de poing américain.
    La police revient sur les lieux et interpelle le conducteur de la voiture, qui crie à l'intention des jeunes qu'ils n'ont rien à faire ici et qu'il doivent repartir en Afrique. Le frère prend la fuite et se débarrasse du poing américain dans les fourrés. Les jeunes présents dans le jardin stoppent sa fuite et le remettent aux policiers qui l'interpellent.
    Vers 19 h, les pompiers arrivent sur place et emmènent trois personnes blessées à l'hôpital.
    Deux autres se rendront aux urgences par leurs propres moyens.
    Plus que jamais besoin de soutien, jours et nuits...


    votre commentaire
  • Carhaix

    France-Palestine. Un nouveau projet solidaire

    © Le Télégramme

    votre commentaire
  • De la difficulté de porter un argumentaire ouvertement de gauche dans l'enceinte communautaire - peut-on exprimer une voix dissonante face au libéralisme à Morlaix-Communauté?

    Ismaël Dupont PCF Morlaix

    Le Chiffon Rouge >>>>>


    votre commentaire
  • Pétition

    Pour l'abandon du projet de centrale à gaz à Landivisiau (29)


    votre commentaire
  • Gaspare actualités

     

    Bonjour,

     

    Nous vous invitons à voir

    nos articles de presse de ce jour sur notre site :

     

    http://www.nonalacentrale.fr/?p=960

     

    Notre vidéothèque :

     

    http://www.nonalacentrale.fr/?p=551

     

    Notre historique :

     

    http://www.nonalacentrale.fr/?p=541

    Notre agenda :

     

    http://www.nonalacentrale.fr/?p=3088

     

    Et notre compte twitter : https://twitter.com/Coll_GASPARE?lang=fr 

     

    Le Conseil Collégial


    votre commentaire
  • Forum Social Brestois

    2 et 3 février 2018

     

    *

     


    votre commentaire
  • SALUT A NAZIM KHALFA.

    Nos ami-es du groupe France-Palestine Solidarité-Centre Bretagne ont la grande tristesse de nous annoncer le décès de son président honoraire Nazim KHALFA

    C’est toute l’AFPS, de Bretagne et d’ailleurs qui vient de perdre un ami avec qui nous parta- gions de longue date un engagement commun dans le mouvement de solidarité avec le peuple palestinien. C’est cet engagement qui le plus souvent nous faisait croiser Nazim à Carhaix ou ailleurs, en tous cas, là où il fallait être pour soutenir la résistance palestinienne et dénoncer l’occupation.

    C’est aussi cet engagement commun qui nous faisait apprécier l’homme, son humour, sa révolte, sa constance et sa ténacité à organiser avec tous ses ami-es du Groupe local de Carhaix les rencontres, les réunions publiques, les concerts pour la Palestine…

    La dernière fois que nous avons rencontré Nazim, c’était le 13 novembre dernier lors d’une délégation de nos groupes locaux auprès du député Richard Ferrand pour la libération de Salah Hamouri. Il luttait déjà contre la maladie, fatigué par le déplacement et l’entretien, mais toujours là malgré tout…

    Aujourd’hui, les adhérent-es et les ami-es de l’AFPS du Pays de Morlaix partagent l’immense tristesse et le chagrin de sa femme Colette et de ses filles à qui nous exprimons tout notre soutien et notre amitié.

    Cette tristesse, nous la partageons aussi avec Jean-Pierre Jeudy et tous les ami-es de l’AFPS Centre Bretagne, mais aussi, avec ceux des groupes de Brest et de Quimper pour avoir perdu un compagnon de lutte contre l’injustice faite au peuple palestinien. Jean-Pierre a mille fois raison d’écrire que le meilleur hommage que nous puissions rendre à Nazim, c’est de continuer avec plus de force et de détermination les actions qu’il avait engagées avec nous.

    La Palestine résistante vient de perdre l’un de ses plus fidèles amis et nous aussi…

     

    Nécrologie. Nazim Khalfa, l'éternel militant

    © Le Télégramme

    votre commentaire
  • Plouhinec. 400 manifestants contre la fermeture du lycée
     
    + vidéo
    © Le Télégramme
     
    Plouhinec. 400 manifestants contre la fermeture du lycée Jean-Moulin

    © Le Télégramme
     

    Plouhinec.

    Une nouvelle marche contre la fermeture du lycée Jean-Moulin

    Ouest-France >>>>>

     

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique