• CGT et FO : Non au Travail du Dimanche

    Les syndicats FO et CGT du commerce font part de leur indignation au lendemain d'une tribune de députés LREM publiée dans le JDD appelant à "aller plus loin" dans les possibilités d'ouverture dominicale des commerces.

    "La Fédération CGT Commerce et Services réaffirme son opposition à la banalisation du travail du dimanche".

    "Encore une fois les députés LREM se moquent des conditions de travail des salariés (...) contraints par leur employeur de travailler le dimanche sans compensation avec un risque de licenciement en cas de refus", s'indigne  FO.

     

    -------------------------------

    CGT Commerce - Communiqué

    Des députés LREM

    veulent aller plus loin dans la précarisation

    Dans une tribune du JDD en date du 18 août, une vingtaine de députés LREM « veulent aller plus loin sur le travail du dimanche ». Ils veulent aller où ? Vers toujours plus de précarité ?

    La Fédération CGT Commerce et Services s’interroge sur tous les chiffres avancés par ces députés, alors qu’à ce jour aucune enquête sérieuse ou bilan n’ont été faits. D’où sortent ces chiffres ? Des chiffres nous en avons, et bien réels. Depuis la Loi Macron d’août 2015, ce sont plus de 20 000 emplois qui ont été supprimés dans des secteurs pourtant ouverts le dimanche : Carrefour ex Dia, Flunch, Jardiland, Castorama, Brico Dépôt, Auchan, Happychic (Jules, Brice), La Halle, Pimkie, Hippopotamus, Décathlon, Maxi Toys, la Grande Récré, Tati, Bodyguard… La liste est loin d’être exhaustive.

    Ils veulent nous faire croire que ça se bouscule au portillon de l’employeur pour travailler le dimanche, nous invitons ces députés à essayer de vivre avec 800€ par mois et nous verrons s’ils ne courront pas eux-mêmes pour travailler le dimanche !

    Ce sont ces mêmes députés qui invoquent sans cesse le modèle social allemand et qui préfèrent évoquer l’Angleterre lorsqu’il s’agit du travail du dimanche, et pour cause, l’Allemagne est opposée au travail dominical alors que sa croissance est nettement supérieure à celle de la France. Que dire de la Pologne qui jouit d’une croissance en hausse (5,1% au premier trimestre 2018) et qui pourtant vient de voter la fermeture des commerces le dimanche.

    Comble de cette tribune, ces députés souhaitent encore une fois donner toujours plus de libertés aux entreprises et, par la même, engraisser les actionnaires, mais ne disent rien de la liberté des salariés qui sont eux aussi leurs concitoyens, et de leurs conditions de travail !

    La Fédération CGT Commerce et Services réaffirme son opposition à la banalisation du travail du dimanche et rappelle qu’il existe d’autres choix sociétaux pour peu que l’on veuille bien partager les richesses : 32 heures, augmentations des salaires, embauches en CDI à temps plein.

    ---------------------------------------

    La gauche s'insurge après la tribune des macronistes

    pour le travail dominical

    Libération >>>>>

     


    votre commentaire
  • Air France-KLM - réaction de la CGT

     

    Le titre de l'article est "un peu pourri" mais l'interview est à lire...

    Nomination de Benjamin Smith DG d'Air France-KLM : la CGT prévient de "forts risques de grève" s'il "n'est pas capable de mener un dialogue avec les syndicats"

    Vincent Salles, co-secrétaire général du syndicat CGT-Air France, exprime sa méfiance après la nomination du Canadien à la tête du groupe Air France-KLM. Et repose la question des rémunérations au cœur de la crise au sein de la compagnie.

    France TV Info >>>>>

    -----------------------------------------

    Rémunération, nationalité...

    Pourquoi la nomination du nouveau patron d'Air France

    provoque déjà des turbulences

    Le Canadien Benjamin Smith a été nommé, hier, à la tête du groupe français. Ce qui provoque une nouvelle levée de boucliers dans une entreprise déjà marquée cette année par de nombreux mouvements sociaux. 

    France TV Info >>>>>

     

    Air France KLM :

    le nouveau directeur général touchera jusqu’à 4,25 millions d’euros par an

    Le salaire de Benjamin Smith pourra dépasser le triple de celui de son prédécesseur, ce qui suscite l’indignation ...

    Le Monde >>>>>


    votre commentaire
  • Migrants. Cédric Herrou retrouve (un peu) de liberté

    Lundi, 13 Août, 2018
    Olivier Chartrain

    L’agriculteur de la vallée de la Roya demandait la levée du contrôle judiciaire qui lui est imposé depuis plus d’un an pour être venu en aide à des migrants. Il a obtenu partiellement gain de cause.

    L'Humanité >>>>>


    votre commentaire
  • Gironde : 130 surveillants de la prison de Gradignan mis à pied après le mouvement de contestation

    130 surveillants de la prison de Gradignan en Gironde ont été sanctionnés par des mises à pied, après le mouvement de contestation national en janvier annoncent ce vendredi les syndicats.

    France Bleu >>>>>


    votre commentaire
  • "Aquarius" : "Le sauvetage est son devoir"

    "Le sauvetage est son devoir" : dans une tribune, 500 personnalités soutiennent le bateau humanitaire "Aquarius"

    Le skipper François Gabart, le footballeur Lilian Thuram ou l'actrice Juliette Binoche font notamment partie des signataires de ce texte mis en ligne, mercredi 1er août, par l'association SOS Méditerranée, qui affrète ce navire.

    France TV Info >>>>>

     

    SOS Méditerranée - TRIBUNE

    L’Aquarius repart en mer, et nous, les 500 signataires, soutenons sa mission. Nous sommes tous #onboardAquarius

    A Lire ici >>>>>


    votre commentaire
  • Mort d'Adama Traoré :

    deux ans après, ils ont marché pour dénoncer un "déni de justice"

    Plusieurs milliers de personnes ont défilé à Beaumont-sur-Oise (Val-d'Oise), samedi 21 juillet, en mémoire du jeune homme mort dans une gendarmerie dans des circonstances toujours inexpliquées.

    France Tv Info >>>>>

    A Beaumont-sur-Oise, une marche pour réclamer « justice pour Adama Traoré, comme pour Alexandre Benalla »

    Plusieurs milliers de personnes ont défilé en mémoire du jeune homme mort il y a deux ans dans une gendarmerie, dans des circonstances toujours inexpliquées.

    Le Monde >>>>>


    votre commentaire
  • Benalla-Adama : les deux visages d’une violence d’Etat

    Pris dans les (multiples) rebondissements de l’affaire Benalla, et la crise qu’elle génère jusqu’à la présidence, on aurait tort d’en oublier une autre, d’affaire, elle aussi puissamment révélatrice de la violence d’Etat. La mort d’Adama Traoré, il y a deux ans, le 19 juillet 2016 assassiné par des gendarmes, en commémoration de laquelle sa famille appelle à marcher ce samedi à Beaumont-sur-Oise.

    Révolution Permanente >>>>>


    votre commentaire
  • Saint-Brieuc.

    Le député François Ruffin

    à la rescousse du boucher licencié

    par Carrefour

    Ouest-France >>>>>


    votre commentaire
  • Guerre sociale : le jeu dangereux

    Samedi, 14 Juillet, 2018

    Macron se flatte d’aligner les « réformes » et rêve d’écraser les syndicats, au mépris de la démocratie sociale et quitte à fragiliser la démocratie politique. L’abus d’autorité du chef de l’état vire à l’inconscience.

    L'Humanité >>>>>


    votre commentaire
  • Nabeel Rajab

    cloîtré dans les geôles bahreïnies

    Il est, au Bahreïn, une figure de la défense des droits humains. Président du Bahrain Center for Human Rights et secrétaire général adjoint de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (Fidh), Nabeel Rajab est en prison depuis deux ans.

    Son crime ?

    Avoir publiquement dénoncé l’usage de la torture dans les geôles de son pays et la guerre que livre au Yémen la coalition dirigée par l’Arabie saoudite.

     

    Le 18 juin, au moment même où la Ville de Paris le faisait citoyen d’honneur, les services de police faisaient irruption dans sa cellule, confisquant tous ses effets personnels.

    Cloîtré dans une cellule insalubre, infestée d’insectes, Nabeel Rajab est privé de livres, de journaux, de matériel pour écrire.

    Conséquence d’un violent passage à tabac, sa santé vacille.

    Le 2 juillet, il a été brièvement hospitalisé, avant d’être renvoyé dans sa cellule sans traitement approprié.

     

    « Une mise en péril délibérée de sa vie », s’insurge Dimitris Christopoulos, président de la Fidh, en demandant « sa remise en liberté inconditionnelle ».

     

    Vendredi, 13 Juillet, 2018

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique