• Oui, J.M. Blanquer, vos réformes méritent la critique ! Soutien total à Laurence De Cock





    Cher.e.s ami.e.s,
    Ce matin, sur France Inter, le ministre J.M. Blanquer s’en est pris à notre amie et camarade Laurence de Cock, coordinatrice générale de la Fondation Copernic et porte parole du collectif Aggiornamento, coupable de critiquer - pourtant à raison et pour des motifs de fond extrêmement légitimes - la réforme libérale et conservatrice du lycée et des programmes (notamment en histoire géographie) que ce gouvernement veut imposer. Ces méthodes et accusations infondées ne sont pas acceptables et relèvent d’une interdiction a priori de la critique : elles témoignent d’une arrogance qui vaut aussi méthode d’intimidation. Nous ne nous tairons pas. Nous allons porter la critique nécessaire plus fort et plus haut.
    Vous trouverez ci-dessous le communiqué du Collectif Aggiornamento auquel on ne peut que s’associer. En remerciant vivement Laurence de porter cette critique qui manifestement dérange fort en haut lieu ! Car elle vise juste.
     
    Bien amicalement
    La Fondation Copernic


     
    "Infox" ? Communiqué du collectif Aggiornamento
     
    18 OCT. 2018
    Ce matin sur France Inter, le Ministre a mis en cause Laurence De Cock, porte-parole de notre collectif. Nous répondons.
     
    ll est d’usage, dans l’écriture des programmes, que les associations disciplinaires et syndicales discutent à partir de moutures provisoires. Le collectif Aggiornamento a été auditionné en mai dernier par le CSP pour émettre un avis sur les programmes en cours et faire des propositions. En septembre, un courriel informe qu’il sera à nouveau auditionné avec les autres associations mais que personne ne pourra connaître (et discuter en interne) les projets de programme. Du jamais vu : un refus de dialogue dénoncé également par certains membres du CSP qui ont choisi d’en démissionner. Nous avons refusé ce simulacre d’audition. Le SNES a pris la même décision, s’est procuré les projets programmes par d’autres biais, et les a mis en ligne. C’est sur ces projets que se sont basés deux articles de notre collègue et porte-parole Laurence De Cock dans Libération et dans Mediapart. Elle y pointe le risque de disparition de l’histoire de l’immigration (absente des projets), de l’histoire des femmes (présente uniquement sous le prisme de grandes figures) et du traitement de la Révolution Française dans les filières technologiques (lesquelles ont des programmes à l’architecture tout à fait différente des filières générales). Depuis, face à la polémique naissante, elle a fait l’objet de mises en cause professionnelles par le CSP et ce matin par le ministre lui-même. On nous garantit que les projets de programmes mis en ligne sont des « faux » - Auraient-ils été inventés par le SNES ? L’accusation est lourde. D’autant qu’ils ont été présentés tels quels aux éditeurs scolaires. On nous assure également que toutes ces questions figureront dans les programmes définitifs. « Il n’est pas trop tard » écrivait Laurence De Cock dans son article, appelant à peser sur le CSP. Cela lui donne donc raison. A moins qu’il ne s’agisse d’une mesure d’intimidation ? Peut-on encore intervenir sur les projets de programmes en France ou doit-on se taire en attendant la formulation finale ? La question est posée. Elle est grave.  
    Nous avons choisi d’y répondre : nous continuerons à exercer notre droit à la critique.

    Collectif Aggiornamento histoire-géographie



    votre commentaire
  • Procès Cédric Hérou, rassemblement

    ce lundi 22 octobre à Nice

    Communiqué

    Les organisations des Alpes-Maritimes signataires

    appellent à soutenir pleinement Cédric Herrou

    (cf. son appel ci-dessous),

    attaqué en justice ce 22 octobre par le Préfet

    pour « injure publique »,

    phrase rhétorique émise au conditionnel.

    Cette stratégie des pouvoirs publics

    ne saurait faire oublier que,

    dans ce département, les droits fondamentaux

    des personnes migrantes

    sont régulièrement bafoués.

    Enfin, nous dénonçons l’acharnement policier

    à son encontre,

    depuis le dispositif en place autour de son domicile

    jusqu’à la dernière et dixième interpellation abusive

    ce 15 octobre en gare de Nice.

     SOMICO06 (SOutien MIgrant.e.s COllectif 06) : Artisans du monde 06, ATTAC France, Attac 06,

    Citoyens solidaires 06, Collectif citoyen Bevera, Défends Ta Citoyenneté !, FCPE, FSU 06,

    LDH Paca, LDH Nice, Mouvement de la Paix, MRAP 06, Planning familial 06, Réseau décolonial 06,

    RESF 06, Roya Citoyenne, Solidaires 06, Solidaires étudiant-e-s Nice,

    Syndicat des Avocats de France (SAF), Vallées solidaires 06.

    Ainsi que : Diem 25, Ensemble!06, France Insoumise 06, Médecins du Monde,

    NPA06, UD CGT 06, PCF06

    -------------------------------------------------------------------------------------------------
    Le lundi 22 octobre 2018 à 13h30 au Tribunal correctionnel de Nice
    aura lieu le procès initié contre moi par le préfet du département des
    Alpes-Maritimes, Georges-François Leclerc, pour injure publique.

    Retour sur les faits

    Le 11 juin 2017, plus d'une centaine de personnes en migration, d'exilés, 

    sont chez moi, à Breil-sur-Roya, afin d'accéder à leurs droits

    et déposer ainsi une demande d'asile. 

     

    Comme d'habitude, j'informe par email la gendarmerie du village de notre départ

    pour le lendemain,

    avec une note particulière au préfet des Alpes-Maritimes,

    pour lui préciser que le transport doit,

    selon la loi, être à sa charge.

    Je ne reçois aucune réponse écrite du préfet mais une réponse physique,

    et offensive, de sa part : le lendemain matin, l'accès au train 

    pour les demandeurs d’asile

    est bloqué par la police ferroviaire ainsi que par la gendarmerie mobile,

    un dispositif jusqu'alors jamais vu en gare de Breil sur Roya.

     

    A ce moment, le 12 juin 2017 à 10h30, je publie sur ma page Facebook Cédric Herrou 

    la phrase suivante :

     « Peut-être le préfet des Alpes-Maritimes

    pourrait s’inspirer des accords avec la SNCF

    pendant la 2e guerre pour le transport des juifs

    pour gérer le transport des demandes d’asile…

    bref » 

    S'inspirer du pire pour faire le meilleur...

     

    Mon but était de lancer l’alerte et provoquer un débat public

    afin que le préfet se penche enfin sur notre vallée,

    sur notre situation, et nous aide à trouver des solutions adaptées.

    Après cela, nous avons dû prendre la route durant 3 jours à travers les montagnes

    afin de rejoindre Nice à pieds. Partout sur la route,

    nous avons été accueillis à bras ouverts,

    les citoyens se sont mobilisés. 

    Enfin les demandeurs d'asile sont arrivés à Nice e

    t se sont inscrits auprès de la PADA

    (Plateforme d'accueil des demandeurs d'asile).

     

    Le préfet a porté plainte après cette publication pour injure.

    Je serai donc en procès pour avoir vexé un préfet

    alors que notre vallée subit depuis 3 ans les conséquences

    d'une gestion catastrophique de la migration. 

     

    Depuis plusieurs mois, nous dénonçons un harcèlement policier sans précédent

    (50 gendarmes mobiles se relayant autour de mon domicile afin de l'observer 24/24,

    des cameras disposées autour de mon domicile en toute irrégularité).

     Ce procès ne saurait détourner l'attention de l’opinion publiques

    des véritables problèmes

    que nous connaissons dans la vallée, t

    out particulièrement l’atteinte grave et manifestement illégale

    qui est régulièrement portée au droit des exilés

    de présenter une demande d’asile,

    et qui a déjà valu la condamnation à cinq reprises du préfet

    par le Tribunal administratif.

     

    Le 22 octobre prochain, je plaiderai mon innocence face au préfet.

     

    Soyons nombreux à dénoncer ces atteintes graves aux droits fondamentaux.

    https://www.facebook.com/events/494699001008943/


    Merci à tous ! - Cédric Herrou - Président de DTC - Défends ta citoyenneté


    votre commentaire
  • Retraités - Mobilisations Finistère - Jeudi 18 octobre 2018

    Morlaix...

    Morlaix : 250 manifestants

    Chateaulin Carhaix : 70

    Brest : 200

    Landerneau : 100

    Quimper : 200

    Concarneau Quimperlé : 150


    votre commentaire
  • AFFAIRE TEFAL

    Communiqué de presse de l’intersyndicale du ministère du travail

    17 octobre 2018

    Après une audience tenue le 5 septembre dernier, la Cour de Cassation vient de rendre son jugement sur la légalité de la condamnation de notre collègue pour recel de violation du secret des correspondances et violation du secret professionnel prononcée par la Cour d’appel de Chambéry.

    Ce jugement est un désaveu cinglant pour Tefal qui avait porté plainte contre notre collègue et le ministère du travail, qui ne l’a jamais soutenue et n’a jamais condamné publiquement les agissements de l’entreprise. L’affaire est renvoyée devant la cour d’appel de Lyon pour être à nouveau jugée sur le fond à la lumière de la dernière loi censée protéger les lanceurs d’alerte.

    La reconnaissance du statut de lanceur.euse d’alerte tant pour le salarié ayant transmis les documents révélant l’obstacle aux fonctions de notre collègue que pour notre collègue, est une première victoire.

    Désormais s’ouvre une nouvelle phase juridique à l’issue de laquelle nous comptons bien obtenir une relaxe de notre collègue qui n’a fait que son travail et qui supporte depuis 2013 la pression instaurée par Tefal et relayée par le  ministère du travail.

    Ce verdict est un encouragement pour les agent·es de l’inspection du travail, dans un contexte où le ministère multiplie les sanctions, menaces et notes de service visant à les mettre au pas.

    Nous continuons à exiger une condamnation publique des agissements de Tefal par la ministre du travail. Nous appelons nos collègues dans les services à s’organiser collectivement pour résister aux menaces et sanctions, en défense d’une inspection du travail indépendante du pouvoir politique et du patronat.

    Nos syndicats organiseront la mobilisation à l’occasion du prochain procès en appel en soutien à notre collègue.


    votre commentaire
  • Retraités. À nouveau dans la rue ce jeudi
     
    CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Solidaires,
    FGR, LSR et UNRPA

    votre commentaire
  • Philippe Poutou : « Ford se comporte comme des sagouins »

    Après l’annonce de Ford de ne pas accepter de repreneur pour son site de Blanquefort, l’usine semble condamnée à fermer. La lutte, elle, continue de plus belle.

    Regards >>>>>


    votre commentaire
  • "17 octobre 1961"

    Comme chaque année, le collectif d'associations "17 octobre 1961" organise un rassemblement et manifestation en hommage aux victimes de la répression de la manifestation qui eut lieu à Paris le 17 octobre 1961.


    votre commentaire
  • A Paris, une manifestation pour « réclamer la vérité » sur la mort d’Adama Traoré

    Plusieurs centaines de personnes ont défilé samedi pour contester les conclusions d’une expertise dédouanant les gendarmes de la mort du jeune homme en 2016.

    Le Monde >>>>>>


    votre commentaire
  • Samedi 13 octobre 2018

    "Il est encore temps"

    https://ilestencoretemps.fr/

    -----------------------------------------------

    CARTE. Près de 80 marches pour le climat organisées

    Ouest-France >>>>>

     
    Brest - 300 manifestants - Climat. « Il est encore temps »…
     

    Brest. Une bonne centaine de personnes au rassemblement pour le climat

    Ouest-France >>>>>

     

    Des dizaines de marches pour le climat

    organisées dans toute la France

    Le cortège s'est déjà élancé à Marseille en fin de matinée. A Paris, la marche doit débuter à 14h.

    France TV Info >>>>>

     

    A Paris, Marseille ou Lille, des manifestants appellent à « changer le système, pas le climat »

    Le cortège parisien, composé de milliers de personnes, s’est élancé. Près de 80 marches pour le climat sont prévues dans tout le pays.

    Le Monde >>>>>


    votre commentaire
  • Social. Les employés de Tipiak ne digèrent pas

    la prime de 500 000 euros accordée au patron

    Après des débrayages quotidiens engagés depuis trois semaines, les employés de Tipiak ont mis le paquet pendant deux heures, mardi 9 octobre.

    Ouest-France >>>>>


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique