• Que sait-on du vol du reliquaire

    du cœur d’Anne de Bretagne

    à Nantes ?

    Ouest-France >>>>>


    votre commentaire
  • En fait si vous lisez la page du site du Monde ci-dessous, (et peut être même celle-ci...) vous êtes pisté et vos données aspirées par facebook mais pas que... (lire les commentaires des lecteurs sous l'article...)...

    Et on peut légitimement se poser la question, est-ce que le seul but serait uniquement de nous abreuver de publicités ciblées... ?

    Comment Facebook piste les internautes qui ne sont pas sur le réseau social

    Le réseau social ne s’en cache plus : il collecte des données même sur les internautes qui n’ont pas ouvert de compte chez lui.

    Le Monde >>>>>

    votre commentaire
  • COMMUNIQUÉS DE PRESSE du SNJ

    La liberté d’informer

    est-elle toujours d’actualité en France ?


    Depuis lundi matin, et le début de l’opération d’évacuation des zadistes par les forces de l’ordre, la « Zone à défendre » (ZAD) de Notre-Dame-des-Landes est devenue une zone de non-droit à l’information.

    Alors que le ministère de l’Intérieur a envoyé sur place 25 escadrons de gendarmerie mobile, soit 2500 gendarmes, mais aussi quatre véhicules militaires blindés, destinés à franchir les obstacles bloquant les accès, les journalistes sont, encore aujourd’hui, soit empêchés d’approcher la zone, soit interdits de filmer les heurts, soit reconduits à l’écart de la zone d’expulsion, dans une « zone presse », officiellement pour des raisons de sécurité.



    Les seuls « reporters » autorisés à se déplacer sur le site et à filmer les évacuations sont une dizaine de gendarmes dotés de dossards « Presse », et équipés de caméras.

    Il s’agit là d’une imposture qui peut tomber sous le coup de la loi, et qui met en danger le travail des journalistes sur le terrain et même leur intégrité physique.



    En même temps qu’il interdit aux journalistes de faire leur métier, le gouvernement met « gracieusement » à la disposition des rédactions ses propres images, photos et vidéos.

    Première organisation de la profession, le Syndicat national des journalistes engage les rédactions à ne pas publier ces images officielles, et condamne vigoureusement cette  atteinte à la liberté d’informer, inadmissible dans un Etat de droit.



    Ce n’est pas la première fois que ce gouvernement se met hors la loi, dans une volonté effrénée de contrôler l’information et le travail des rédactions.

    Il y a quelques mois, lors de l’évacuation de la Jungle de Calais.

    Et il y a quelques jours, lorsque des équipes de télévision se sont vu refuser l’accès aux gares, dans le cadre de la couverture du mouvement social à la SNCF.



    Le président Macron avait montré la voie, dès le début de son quinquennat, par sa volonté d’organiser en pools la couverture de ses déplacements officiels, par une tendance obsessionnelle au contrôle de son image et de sa communication.

    C’est probablement pour satisfaire à cette obsession qu’il va longuement occuper l’espace médiatique cette semaine.



    Cet « encadrement » de l’information, au profil d’une propagande gouvernementale omniprésente, représente un réel danger pour la démocratie.


    votre commentaire
  • Macron, le premier de cordée qui dévisse...

    Médias.

    Emmanuel Macron veut séduire les catégories qu’il a le plus blessées

    Avec deux entretiens coup sur coup en quatre jours, Emmanuel Macron lance une vaste contre-offensive médiatique, l’occasion de s’adresser à une large palette de Français et de tenter d’éteindre le premier mouvement social d’ampleur de son quinquennat.

    Lionel Venturini
    Lundi, 9 Avril, 2018

    votre commentaire
  • La bataille du rail sur les réseaux sociaux.

    #JeSoutiensLaGrèveDesCheminots 

    le sondage ne lui convenant pas, Le Point remet les compteurs à zéro

    Alors que le gouvernement met en place son discours pour discréditer les grévistes de la SNCF aux yeux des utilisateurs, la riposte s’organise sur les réseaux sociaux. Twitter, Facebook, mais aussi les sondages en ligne, sont le théâtre d’une bataille sans merci pour enrayer le plan de communication du gouvernement et des principaux médias.

    Révolution Permanente >>>>>

     

    Le sondage ne lui convenant pas, Le Point remet les compteurs à zéro

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    .

    Le sondage ne lui convenant pas, Le Point remet les compteurs à zéro

     

     

     


    votre commentaire
  • Grève SNCF:

    "Quotidien" montre à la perfection la difficulté de filmer

    dans les gares

    Les agents chargés d'informer le public ont pour instructions d'empêcher les caméras de télévision de filmer, sauf autorisation. Et encore...

    HuffingtonPost >>>>>


    votre commentaire
  • "Ce qui se dit en circo, je n'en ai rien à foutre"

    Un député En Marche... au pas

    "Ce qui se dit en circo, je n'en ai rien à foutre" :

    le député LREM Bruno Bonnell embarrasse ses camarades

    Dans un long portrait publié dans "Le Monde", le député de la 6e circonscription du Rhône revendique de ne pas recevoir les habitants de sa circonscription et de ne pas participer aux débats dans l'Hémicycle.

    France TV Info >>>>>


    votre commentaire
  • Quand des clients laissent tous leurs emballages en plastique

    dans leur supermarché.

    Pour protester contre l’utilisation abusive du plastique dans les emballages alimentaires et la complaisance des grandes surfaces dans ce domaine, des manifestants ont fait leurs emplettes dans un supermarché Tesco, près de Bath, dans le sud-ouest de l’Angleterre. Puis ont découpé et laissé barquettes, sachets, films, paquets et autres emballages en plastique dans leurs chariots.

    Ouest-France >>>>>


    votre commentaire
  • Surveillance, infiltrations, faux salariés…

    L'étrange catalogue d'Ikea

    pour espionner ses employés et ses clients

    L'enseigne suédoise Ikea aurait espionné ses salariés, mais aussi ses clients, pendant des années. Un système mis en place avec la complicité d’anciens policiers.

    France TV Info >>>>>


    votre commentaire
  • Islamisme : le surprenant profil des mineurs radicalisés

    Une étude distingue deux groupes à risque, l'un déjà engagé dans la violence, l'autre, bombe à retardement.

    Une étude sociologique choc, menée pendant 18 mois par Laurent Bonelli et Fabien Carrié, chercheurs à l'Institut des sciences sociales du politique à l'université de Nanterre.

    Commandée par les services de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ), elle passe au crible les dossiers de 133 jeunes poursuivis pour des affaires de terrorisme ou signalés pour radicalisation...

    Le Figaro >>>>> Abonnés


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique