• Ensemble ! Communiqué 7 avril 2019

    Solidarité avec le peuple algérien !

     
     

    1- Les manifestations de masse qui se déroulent en Algérie depuis des semaines inaugurent ce qu'il faut comprendre comme une révolution démocratique et populaire.
    Après que la vague des révolutions arabes a été refoulée, subissant, à l'exception de la Tunisie, de sévères défaites, c'est une impressionnante relance qu'engage le peuple algérien.
    La carcan de plusieurs décennies d'étouffement des liberté, de corruption et d’incompétence est brisé. La classe dirigeante et l'armée ont dû sous cette poussée démocratique renoncer au projet scandaleux du maintien de Bouteflika à la présidence. C'est une première victoire. A présent des défis considérables se posent.

    2- Le peuple, avec au premier rang les femmes et la jeunesse, reste mobilisé exigeant d'en finir avec le « système », c'est-à-dire le pouvoir toujours en place, déterminé à y rester et qui détient les moyens politiques, militaires, policiers, ainsi que des soutiens internationaux, pour défendre ses intérêts et sa mainmise sur l’État.
    L'épreuve de force va se poursuivre, se durcir et se complexifier, dans la mesure où, au-delà des exigences démocratiques il faut répondre aux aspirations sociales qui appellent à améliorer la vie quotidienne de la population, offrir des perspectives d’avenir à la jeunesse et à changer la société.

    3- Les développements de la situation en Algérie concernent bien au-delà du pays lui-même, d'abord les communautés algériennes en France et en Europe, et aussi toute la région et le monde arabo-musulman.
    L'heure est à organiser la solidarité avec le soulèvement du peuple algérien. Les liens multiples entre les peuples algérien et français et entre nos deux pays donnent des responsabilités importantes à la gauche en France et au mouvement démocratique.
    Ensemble ! est déterminé à prendre toute sa part dans cette activité nécessaire et urgente, appelle à participer aux rassemblements à Paris et dans différentes villes en solidarité avec le mouvement en Algérie, et s'affirme disponible pour toute initiative unitaire permettant de concrétiser la solidarité avec le peuple algérien et pour faire aboutir ses légitimes exigences.

    Adopté par le Collectif National d'Ensemble le 7 avril 2019


    votre commentaire
  • Communiqué Ensemble ! 15 mars 2019

    Christchurch:

    racisme et islamophobie ont tué en Nouvelle-Zélande

     

    Le mouvement Ensemble! apprend avec horreur la nouvelle de l'attentat terroriste de Christchurch en Nouvelle-Zélande visant la communauté musulmane qui aurait tué, selon les dernières informations, au moins 49 personnes et blessé une vingtaine d'autres.

    Nous exprimons nos condoléances et toute notre sympathie aux victimes et à leurs proches. Nous le condamnons avec la plus grande fermeté, comme nous avons condamné en d'autres circonstances des violences commises contre d'autres communautés.

    Cette tuerie froide et planifiée serait l'acte d'un ou de plusieurs individu(s) faisant partie de la mouvance de la « suprématie blanche » ou « identitaire » qui sévit dans de nombreux pays, dont la France, ainsi que sur les réseaux sociaux. Il faut que les responsables directs soient appréhendés et punis.

    Dans notre pays, les autorités doivent prendre très au sérieux la menace qui pèse contre les Musulmans et Musulmanes de France. Les motivations du tueur s'inspirent de thèses qui justifient son geste en évoquant, entre autre, une "invasion de la France par les non-blancs" qu'il aurait constatée lors d'un voyage !

    De tels attentats ne viennent pas de nulle part. Derrière eux se cache la stigmatisation quotidienne des Musulman.e.s par des dirigeant.e.s politiques - et non les moindres - et de prétendu.e.s « intellectuel.les » ayant la faveur des grands médias. L'islamophobie est ainsi devenue en quelques années un racisme de plus en plus banalisé.

    Nous rappelons que de nombreuses manifestations sont prévues dans le monde entier dans les jours à venir autour de la date symbolique du 21 mars, Journée internationale de l'ONU pour l'élimination de la discrimination raciale. En France, à Paris et à Lyon notamment, des Marches des Solidarités auront lieu ce samedi 16 mars.

    Nous appelons tou.tes nos sympathisant.e.s à s'y rendre pour dire Non à l'islamophobie, Non à tous les racismes !


    votre commentaire
  • Communiqué Ensemble !

    Refuser la criminalisation

    de l'opposition au sionisme,

    combattre l'antisémitisme

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Ensemble Communiqué 15 Janvier 2019

    Dans la rue, dans la grève et les assemblées populaires Agissons pour les exigences sociales et démocratiques

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Le gouvernement réprime !

    Défendons les libertés démocratiques

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  
     

    Communiqué

    d'Ensemble !

    26 décembre 2018

    A la une du Blog : 25 Janvier 2015

     
     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Ensemble ! communiqué 11 décembre 2018

    Tous Ensemble !

    En grève et dans la rue

    pour une autre politique !

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Ensemble ! Communiqué du 3 décembre 2018

    Avec les Gilets Jaunes :

    pour les revendications populaires,

    pour faire céder Macron

     

    Au lendemain de la 3ème journée de mobilisations nationales de Gilets jaunes, mais aussi des manifestations syndicales pour les droits des chômeurs et pour des urgences sociales, des mobilisations antiracistes, la crise sociale et politique s’amplifie fortement.

    Le pouvoir de Macron est en butte à une puissante contestation. 

     

    Les ministres sont dépêchés sur les plateaux médiatiques pour dénoncer des violences.

    Mais qui a mis le feu ?

    Lorsqu’un gouvernement refuse de répondre à des centaines de milliers de personnes, cela s’appelle du mépris.

    La responsabilité du gouvernement est directement engagée dans les incidents du 1er décembre. 

    Une enquête parlementaire devrait faire toute la lumière.

     

    L’urgence absolue est maintenant d’amplifier la mobilisation nationale des forces populaires, des salarié-es, des chômeurs, des retraité-es, des femmes victimes des inégalités de salaires, des jeunes en précarité.

    Les lycéens-nes commencent à bloquer leurs établissements contre la réforme du bac et la sélection.

    Les étudiant-es protestent contre l’agression de frais d’inscription multipliés par dix pour 2019.

    Toute une population cherche à construire son unité  contre un gouvernement brutal et disqualifié.

    Une population qui n’adhère pas aux tentatives de récupération d’une extrême droite qui ne peut que diviser les populations par son racisme.

     


    Samedi 1er décembre, on a vu des manifestations de Gilets jaunes rejoindre actions syndicales et réciproquement.

    Dans plusieurs villes, des appels communs rassemblent syndicats, associations, forces politiques.

    L’unité populaire se construit.

    Avec les syndicats, elle pourrait prendre la forme d’une grande journée de grève interprofessionnelle qui bloquerait tout le pays, toute l’économie, toutes les voies de communication.

     


    Des collectifs de Gilets jaunes s’organisent.

    Une plate-forme revendicative circule.

    Des exigences démocratiques s’expriment de plus en plus.  

    Tout doit être fait pour que ce grand mouvement remporte une victoire sociale et politique.

     

    Macron doit reculer sur :

    - le remplacement immédiat de la hausse des taxes carburants par le rétablissement de l’impôt sur les grandes fortunes (3,5 milliards de recettes) ;

    - la hausse des salaires en commençant par celle du SMIC, les pensions de retraite, les allocations de chômage et minimas sociaux (au moins 200 euros pour tous);

    - l’accès aux transports publics gratuits ou à très bas tarifs sur tout le territoire, et le maintien de toutes les lignes de chemin de fer menacées ;

    - l’abandon du CICE, cadeau inutile aux patrons.

     

    Toutes les forces de gauche et écologistes peuvent s’unir très vite pour organiser avec leurs élu-es, dans la rue et les lieux publics,  ainsi que pour une politique écologique qui s’attaque aux principaux responsables de la dégradation environnementale et non aux populations en difficulté.

     

    Le pouvoir doit  céder.

    ENSEMBLE ! propose aux partis et organisations de gauche de se réunir d’urgence pour mettre en place une plate-forme commune afin de faciliter la liaison entre le mouvement des gilets jaunes, les différents mobilisations sociales et la gauche pour faire céder Macron et son gouvernement.


    votre commentaire
  • Déclaration Ensemble ! 28 novembre 2018

    A la une du Blog : 25 Janvier 2015

    Macron continue sa politique,

    il faut l’arrêter

     
     Ainsi donc, mardi 27 novembre Emmanuel Macron a répondu à la mobilisation de celles et ceux qui sont dans l’urgence pour boucler les fins de mois que sa politique est juste et qu’elle va continuer ! Tout en proposant une concertation sur… trois mois.
     

    Le Président de la République a, par ailleurs, montré le peu de cas qu’il fait de l’écologie en faisant l’éloge du nucléaire.

    Quand on sait qu’il ne fait rien pour préserver les petites lignes de chemin de fer menacées et pour développer des transports publics à très bas tarifs ou gratuits, il est clair que le maintien des taxes sur le carburant est une insulte.

    Il annonce une taxe « flottante » en fonction du prix du pétrole, mais c’est immédiatement qu’il faut répondre à la crise des petits salaires, des pensions en baisse, des allocations-chômage qui ne permettent pas de vivre.

     

    Décidément, celles et ceux qui se mobilisent n’ont rien à attendre de ce gouvernement.

    Par la mobilisation à leurs côtés des organisations syndicales, des associations et des partis de gauche, il est possible de gagner collectivement.

    Tout en rejetant les tentatives de récupération de l’extrême droite, qui ne vise qu’à diviser par l’utilisation du racisme.

     

    Cette lutte pour le pouvoir d’achat et contre l’injustice fiscale peut gagner.

    C’est pourquoi il faut agir pour que le samedi 1er décembre, journée de mobilisation pour les droits des chômeurs, soit aussi l’occasion de la jonction entre le mouvement des Gilets Jaunes, les organisations syndicales et associatives, et les partis de gauche.

     

    ENSEMBLE ! le propose pour exiger :

    - La justice fiscale, et d’abord le rétablissement de l’ISF, la baisse de la TVA sur les produits de première nécessité, l’annulation des hausses de la CSG.

    - La hausse des salaires, des retraites, des allocations de chômage.

    - Une politique écologique qui s’attaque aux principaux responsables de la dégradation environnementale et non aux populations en difficulté.

    - L’arrêt de fermetures de lignes ferroviaires et le développement de transports publics de qualité, notamment dans les zones rurales et dans les banlieues.

    Tous ensemble le 1er décembre pour faire céder le gouvernement.


    votre commentaire
  • Communiqué Ensemble ! 20 novembre 2018

    Après le 17 novembre

     

    Ce samedi 17 novembre, 300 000 personnes, en réalisant plus de 2000 blocages, ont crié leur désespoir de cette austérité sans cesse accrue, leur refus de l’injustice fiscale, leur volonté de voir augmenter leur pouvoir d’achat.

    Et parfois leur inquiétude (contradictoire avec le rejet de tout impôt, parfois présent dans les blocages) devant la destruction des services publics de proximité.

    Mais aussi un rejet massif de Macron, de sa politique et de son mépris de classe.

    Et bien sûr des responsables de l’extrême droite, de la droite dure, eux, étaient bien présents sur le terrain et dans les médias, qui n’ont pas signalé la présence de représentants de la gauche.

     

    Mais quelles que soient les ambigüités du mouvement des gilets jaunes, il est nécessaire que le mouvement ouvrier, la gauche, prennent en compte aujourd’hui ce désespoir social qui s’est exprimé ce 17 novembre (et parfois aussi le 18).

    D’autant que le gouvernement y répond par le mépris, Macron ne disant rien et Edouard Philippe affirmant qu’il va « garder le cap », c’est-à-dire poursuivre sa politique anti-sociale.

    Si le mouvement social ne prend pas la mesure de ce qui est en train de se passer, les conséquences politiques risquent d’être catastrophiques.

     

    ENSEMBLE considère qu’il est urgent de mettre en place les éléments d’une mobilisation contre la politique sociale du pouvoir, à partir des axes suivants :

    - La justice fiscale, avec comme premières mesures le rétablissement de l’ISF, la baisse de la TVA sur les produits de première nécessité, l’annulation des hausses de la CSG.

    - La hausse des salaires.

    - La défense de l’environnement par une politique écologique qui s’attaque aux principaux responsables de la dégradation environnementale et non aux populations en difficulté.

    - L’arrêt de fermetures de lignes ferroviaires et le développement de transports publics de qualité, notamment dans les zones rurales et dans les banlieues.

     

    Pour cela, il nous semble nécessaire de participer aux manifestations du mouvement en cours de manière indépendante et à partir des axes précédents.

    Par ailleurs, il est de la responsabilité du mouvement syndical, des associations écologistes, des forces de gauche et écologistes de proposer des initiatives d’action très rapidement afin de donner à la colère populaire des perspectives émancipatrices, sociales et écologiques.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique