• A la une du Blog : 25 Janvier 2015

    Communiqué Ensemble!

    20 octobre 2020

    Agir contre le terrorisme islamiste,

    pas contre les musulmans

     
     

    Après l’acte abominable perpétré contre un enseignant vendredi dernier, il importe d’agir contre le fascisme islamiste, qui menace les libertés démocratiques, la laïcité, le vivre ensemble.

    Nous serons dans ce combat, comme nous le sommes contre toutes les oppressions.

     

    Mais nous refusons que ce combat soit mené contre les musulmans.

    A cet égard, la demande de dissolution du CCIF est inadmissible.

    Ce Collectif contre l’islamophobie n’est pas intervenu dans la dénonciation de Samuel Paty.

    Il n’a pas à être sanctionné.

    De la même manière, il n’y a pas lieu de stigmatiser tous les tchétchènes  pour l’acte de l’un d’entre eux pas plus que de suspecter l’ensemble des demandeurs d’asile...

     

    Il n’y pas lieu non plus d’établir une loi générale contre le «séparatisme», qui risque de stigmatiser celles et ceux qui se réclament d’une religion, donc une loi de division.


    L’extrême droite et la droite profitent de la situation pour avancer leurs propositions répressives.

    Sous couvert de lutte contre le terrorisme islamiste elles visent à s’attaquer aux migrants, à remettre en cause le droit d’asile, à briser définitivement nos possibilités de vivre ensemble dans une société libre et démocratique.

     

    ENSEMBLE, Mouvement pour une alternative de gauche écologique et solidaire, participera aux mobilisations pour s’opposer à ces mesures répressives visant les populations les plus fragiles.

    Tous ensemble, habitants de France, quelles que soient nos origines, religions, nous sommes en capacité de combattre les terroristes islamistes, car nous voulons vivre ensemble dans une société démocratique.


    votre commentaire
  • A la une du Blog : 25 Janvier 2015

    Communiqué Ensemble!

    17 octobre 2020

    Le crime ne passera pas !

     
     

    Un professeur d’Histoire qui avait exposé à ses élèves l’importance de la liberté d’expression à propos des caricatures de Mahomet a été décapité devant son collège.

    Il s’agit manifestement d’un acte de terrorisme islamiste.

    Au moment où se déroule le procès des assassins de Charlie Hebdo et de l’hypercacher, quelques semaines après une agression près des anciens locaux de Charlie, c’est un nouveau crime d’intolérance.

    La France a connu durant des siècles, l’intolérance religieuse.

    C’est la Révolution qui, en commençant à laïciser la société y a mis fin, pour  la liberté de tous et toutes.

     

    L’acte commis ce 16 octobre est d’une gravité exceptionnelle parce qu’elle touche à l’école, lieu essentiel de la laïcité.

    Et à la liberté d’expression des enseignant.es, sans laquelle il n’y a pas d’éducation possible.

    Liberté qui n’admet aucune pression d’aucune sorte, ni de l’Etat, ni de groupes de pression, ni de parents d’élèves.

     

    Devant ce crime odieux, ENSEMBLE ! exprime son émotion, son horreur et sa solidarité avec les proches de la victime.

    Avec toutes les organisations démocratiques, nous agirons également pour rejeter les appels à la haine et la stigmatisation des musulman.nes.

    Comme en 2015, la population ne se laissera pas entraîner par les fauteurs de haine.

    C’est toutes et tous ensemble, quelles que soient leurs origines et leurs croyances, que les femmes et les hommes de ce pays résisteront à l’intolérance islamiste, qui n’est qu’une autre forme du fascisme.

    Ils et elles défendront sans faiblir la démocratie et la laïcité.

     

    ------------------------------

    Fil ouvert le samedi 17 octobre 2020


    votre commentaire
  • ENSEMBLE ! 06 - Alpes Maritimes

    communiqué de presse 

     

    ALEX ET LE« MONDE D'APRÈS »

     

    La tempête Alex et ses conséquences dramatiques, particulièrement dans les Alpes-Maritimes et les territoires limitrophes, posent plusieurs problèmes et soulignent plus que jamais la nécessité du « monde d'après ».

     

                   . l'accentuation des phénomènes de type ouragans et violentes tempêtes entrainant fortes crues et inondations,  n'est pas seulement une caractéristique du climat méditerranéen, c'est aussi l'un des effets des dérèglements climatiques, élément explicatif curieusement trop passé sous silence depuis la tempête Alex ;

     

                . le contournement des règles d'urbanisme imposées par la loi montagne et le choix d'habitat isolé, souvent implanté en zones identifiées à risque, a largement provoqué les dégâts dramatiques de ce week-end ;

     

                   . les choix d'aménagements aberrants d'endiguements et de constructions dans la plaine du Var, de même que l'insuffisance ou l'absence d'entretien des fleuves et rivières, sont mis en lumière par les conséquences de la tempête Alex ;

     

                . les conséquences dramatiques concernent l'ensemble des populations des vallées, mais plus spécifiquement elles impactent les populations les plus fragiles des zones frontalières et notamment les migrant·es dont nous rappelons que les pouvoirs publics doivent assurer l'accueil digne, comme l'exigent les législations nationale et internationale, y compris et surtout dans la situation présente ;

     

                   . la manière très discutable et inégalitaire avec laquelle a été exercée la solidarité pleine et entière avec les populations touchées par les conséquences de la tempête Alex s'est posée de manière concrète.

     

    Ce qui est trop souvent présenté comme une simple catastrophe naturelle appelle donc d'autres explications et d'autres réponses, ainsi que des choix alternatifs à ceux du « monde d'avant » :

     

                   . un autre type de développement et d'autres choix économiques que ceux du capitalisme et du productivisme, de la course au profit, à l'urbanisation à outrance et au saccage de la planète, déjà responsables de la circulation rapide de la pandémie de la COVID ;

     

                   . un autre type d'aménagement du territoire qui doit reposer sur la démocratie, l'écologie et les solidarités, y compris internationales ;

     

                   . une solidarité sans failles dans l'usage et la distribution des moyens logistiques et techniques déployés pour tous les territoires touchés et pour toutes les vallées, y compris pour les populations sans logis, immigré·es ou autres qui y trouvaient refuge.

     

    Mais il convient aussi de rappeler que le risque ne sera jamais une dimension totalement maitrisable ; c'est au contraire une dimension constitutive de nos relations à la nature qui doit être intégrer dans toute démarche politique. Il faut que les citoyens intègrent la culture du risque pour pouvoir définir collectivement le niveau acceptable et les réponses souhaitables.

     

    À la mise en concurrence des territoires, aux logiques clientélistes et au chacun·e pour soi, il y a urgence à opposer la solidarité, le partage et la complémentarité à la fois pour répondre aux problèmes immédiats et pour construire pour de bon « le monde d'après ».

               

    Il y a urgence à constituer les structures adéquates pour pratiquer une autogestion du risque.         

     

    L'équipe d'animation départementale d' ENSEMBLE! 06

    Nice, le jeudi 8 octobre 2020

     

    ---------------------------

     

    ENSEMBLE !

    Mouvement pour une

    alternative de gauche

    écologiste & solidaire


    votre commentaire
  • Communiqué Ensemble ! :

    « Séparatisme » :

    non à une loi qui ciblerait les musulmans

     
     

    Voici donc une loi sur le « séparatisme », sous le signe de l'urgence, dans un contexte où le gouvernement devrait se préoccuper de bien d'autres problèmes d'importance.

    Derrière un discours policé, Macron dissimule mal ses préoccupations bassement politiciennes : faire de cette question dite du "séparatisme" un argument pour la  campagne présidentielle à venir, et un positionnement politique visant à mettre en difficulté une droite obligée de choisir entre approbation et surenchère.

     

    Des chefs d’Etat comme Sarkozy avec « l’identité nationale » ou Hollande avec la « déchéance de nationalité » ont lancé de prétendus « grands débats » de société, qui ne sont que des stratagèmes à leur convenance pour montrer qu’ils sont capables comme l’extrême-droite de désigner les bons et les mauvais citoyens-nes.

    Et espérer ainsi flatter une partie de l’électorat attirée par des idéologies identitaires, porteuses de dérives racistes.

     

    Désignant le "terreau » sur lequel prospèrent des dérives, la "ghettoïsation" de certains quartiers,  Macron n’apporte aucune solution aux problèmes rencontrés par ces territoires : suppression des services publics, (hôpitaux, postes, impôts, médecine scolaire, assistants sociaux, inspections du travail…), appauvrissement de l’Ecole Publique, manque de transports urbains, chômage, (…), dont les élu.e.s se font pourtant régulièrement l’écho. 

    Au lieu de quoi, le gouvernement répond par la suppression accrue des services publics.

    Tout en continuant d’accompagner très favorablement les écoles privées de toutes confessions.

     

    Macron prétend s’en prendre uniquement à « l’islamisme radical ».

    Nous sommes des adversaires résolus de l’islamisme radical, comme de tous les intégrismes, ennemis de la démocratie et de l’égalité hommes-femmes. 

    Mais, dans son discours, il ne parle que de l’islam, désignant ainsi clairement une religion et elle seule.

    Il va provoquer pendant des mois un débat nauséabond sur la bonne manière de pratiquer cette religion.

     

    L’objectif de cette loi serait donc bien de cibler certaines populations, au risque d’amplifier le racisme qui ronge notre société fragilisée.

    Ensemble ! appelle à l’abandon de cette loi, qui ne fera que diviser les populations.

    Toutes les forces antiracistes, les forces citoyennes et démocratiques, doivent se rassembler pour empêcher ce mauvais coup contre l’universalisme, les libertés et la laïcité.


    votre commentaire
  • Arrêtons les avions, pas les écologistes !

     3 Octobre 2020

    Ce samedi, plusieurs organisations écologistes, dont Alternatiba et Action non-violente COP 21, organisaient dans de nombreuses villes des marches sur les aéroports. Ces actions de désobéissance civile visaient à perturber l'activité du transport aérien et à exposer la contribution de ce secteur au réchauffement climatique. À l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, 125 militant·e·s écologistes ont été arrêté·e·s par la police.

    ENSEMBLE!, mouvement pour une alternative de gauche, écologiste et solidaire, affirme son soutien entier à ces actions de désobéissance civile, auxquelles plusieurs de ses membres ont d'ailleurs participé, et exige la libération immédiate et sans poursuites de tou·te·s les personnes interpellées.

    Malgré les discours, rien n'est fait aujourd'hui pour empêcher un changement climatique catastrophique. Le gouvernement, qui sert les intérêts des grandes entreprises, refuse de prendre des mesures contraignantes, seul moyen de protéger efficacement l'environnement. La seule solution est donc une mobilisation de masse et déterminée, qui cible les responsables et les secteurs polluants et impose une autre politique.

    Nous exigeons l'arrêt des projets d'agrandissement des aéroports, comme à Roissy et à Nice. Le transport aérien doit être fortement réduit, et les profits des entreprises doivent être utilisés pour maintenir les emplois et reconvertir l'activité.

    L'ampleur des mobilisations de ce samedi est encourageante pour l'avenir. Amplifions la lutte pour imposer une transition écologique et sociale radicale. Changeons le système, pas le climat !


    votre commentaire
  • Déclaration d'Ensemble ! 31 Août 2020

     

     

    ABJECTION RACISTE

    CONTRE DANIELE OBONO :

    MOBILISATION

     

     

    Une femme noire, députée et militante politique, représentée enchaînée comme le furent les millions d’esclaves du passé, victimes d’un des pires crimes contre l’humanité.

    C’est ce que vient de commettre le torchon d’extrême droite Valeurs Actuelles.

    Ce journal n’en est pas à un coup d’essai, ayant déjà sévi par son racisme, en l’occurrence son racisme anti-Noirs, son antisémitisme, son islamophobie.

    Mais là, il dépasse tout ce qui s’est fait de ce point de vue dans les médias ces dernières années.

    Il exprime clairement un désir d’humiliation, et même de mort.

     

     

    Danièle Obono est visée comme femme, comme noire.

    Elle est également visée parce qu’elle est une élue, une députée de la France Insoumise.

    Elle fut attaquée dès son élection en 2017, où une radio lui demanda ridiculement de crier « vive la France » !

     

     

    La « classe politique » a protesté contre la représentation en esclave de Danièle Obono : fort bien.

    Mais il convient de prendre des mesures contre le racisme, contre les discriminations.

    La justice doit être saisie, la honteuse fiction illustrée retirée. Les chaînes publiques devraient, comme le demande le MRAP, boycotter le journal en question.

     

     

    Au-delà de cette triste affaire, il convient de constater que les actes racistes, antisémites et islamophobes ne cessent pas.

    Hier les profanations à Oradour, aujourd’hui l’intolérable publication.

    Et bien d’autres.

    Ils ne peuvent qu’être alimentés par les propagateurs de la haine, que certains médias persistent à inviter.

     

     

    C’est bien pourquoi il convient de ne pas laisser passer l’ignoble provocation contre Danièle Obono.

    La mobilisation des antiracistes doit être à la hauteur.

    ENSEMBLE ! participera aux diverses initiatives organisées pour protester contre la honteuse publication.

     

    Le samedi 5 septembre à 14h, un rassemblement a lieu devant le siège de Valeurs Actuelles : nous y serons.

     


    votre commentaire
  • Communiqué Ensemble !

    15 juillet 2020

     

    Venezuela :

    Pour la libération de Nicmer Evans

    et de tous les prisonniers politiques

     
     

    Depuis ce lundi 13 juillet, Nicmer Evans, politologue et journaliste vénézuélien, animateur du site d’information et de critique Punto de Corte est détenu par les forces de l’ordre après avoir été, avec sa famille, retenu durant quatre heures dans son domicile. Selon les premiers éléments, Nicmer Evans serait accusé d’« incitation à la haine ». En cause, un tweet dans lequel il souhaitait que le député (proche du pouvoir) Fidel Madroñero, atteint de la Covid-19, ait « une longue vie pour que la justice humaine arrive avant la justice divine ».

    Sous un prétexte fallacieux, c’est une nouvelle fois la liberté d’informer et d’exprimer des opinions qui est attaquée par la police et la justice vénézuélienne. Depuis plusieurs années, les critiques de Nicmer Evans, militant bien connu de la gauche, longtemps animateur de Marea Socialista, chaviste critique et défenseur des droits humains, sont dans le viseur d’un gouvernement de plus en plus brutal contre les voix dissonantes.

    Nous exprimons notre soutien à Nicmer Evans, sa famille et ses collègues de Punto de Corte et appelons à la libération de toutes les personnes emprisonnées pour des motifs politiques au Venezuela.

     

    Le communiqué du Partido Socialismo y libertad
    : http://laclase.info/content/repudiamos-la-detencion-de-nicmer-evans/?fbc...


    votre commentaire
  • Ensemble Finistère !

    A la une du Blog : 25 Janvier 2015

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Communiqué Ensemble !
    8 juillet 2020

    Macron – Castex :

    toujours plus à droite.

    Mobilisation unitaire.

     

    Les élections municipales ont été un désaveu sans appel pour Macron et sa politique.

    Il s’efforce de reprendre l’initiative,  avec un nouveau Premier ministre et un gouvernement à droite et à sa botte. 

    Tout indique que la politique menée ira encore plus à droite, avec l’augmentation de la durée de cotisation pour la retraite et les encouragements à une police, dont des dizaines de milliers de jeunes viennent de dénoncer la violence et les discriminations racistes.

    De plus la nomination de Moretti à la justice et de Darmanin à l'intérieur  ne présagent pas de possibles avancées dans la lutte contre les violences faîtes aux femmes.

    Le poids du Ministère des droits des femmes est par ailleurs réduit.

     

    Ce gouvernement a pour but de sortir de la crise en réduisant les acquis sociaux.

    Et de faire réélire Macron en 2022.

     

    Pendant ce temps, à gauche et dans l’écologie politique, ce qui domine est la course aux candidatures présidentielles, plutôt que  le rassemblement pour riposter à Macron.

     

    Pourtant,

    avec les mobilisations en cours (santé, Air France, automobile…),

    avec l’appel « Plus jamais ça » d’associations et de syndicats,

    une riposte commune aux projets gouvernementaux est possible.

     

    En outre, la conférence citoyenne sur le climat a également proposé des mesures positives.

    Les élections municipales ont ouvert de nouvelles possibilités.

    Dans le même temps, la situation sociale se détériore à toute vitesse.

    Des licenciements sont annoncés tous les jours, ou presque.

    Des entreprises absolument pas touchées par la crise sanitaire en profitent pour licencier, comme SANOFI.

    Et le retour du projet sur les retraites se précise.

     

    Dans cette situation, il est indispensable que la rentrée soit celle d’une mobilisation unitaire pour une autre sortie de crise, progressiste, écologiste et féministe, qui mette en avant la réduction du temps de travail contre les suppressions d’emplois.

     

    Et qui pose la question d’une réorientation des productions menaçant l’environnement.

     

    ENSEMBLE ! agira pour que la gauche politique soit unitairement aux côtés des organisations qui disent « Plus jamais ça ».

    Ce sera la meilleure manière de préparer une rupture avec les politiques menées depuis trop d'années, rupture plus urgente que jamais.


    votre commentaire
  • Communiqué d'Ensemble ! 30 juin 2020

    Municipales :

    Un désaveu cinglant

    pour Macron et son monde

     

    Ces élections municipales tenues dans une situation chaotique ont enregistré une très faible participation, au premier comme au deuxième tour (40%).

    Au-delà de la crise sanitaire, cette situation marque un très grand désarroi dans la société face aux crises multiples qui la traversent.

     

    Les résultats globaux enregistrent d’abord un désaveu général du système de pouvoir Macron, malgré la victoire au Havre du Premier ministre.

    La LRM, le parti de Macron, a totalement échoué.

     

    Contre le pouvoir en place, ou contre la droite LR, les rassemblements à gauche et pour l’écologie ont gagné dans les principales villes de France, prenant des villes comme Marseille (majorité en voix), Bordeaux, Lyon.

     

    Les résultats des écologistes, très bons dans les grandes villes, manifestent une volonté de changer les choix de société face aux menaces qui pèsent sur notre environnement.

    La crise sanitaire a renforcé la nécessité d’une révolution écologique.

    Le vote « vert » de ce 28 juin dépasse la question de l’adhésion à un parti.

    Il exprime la volonté de voir mises au premier plan les revendications écologiques.

     

    Unies, les gauches et les écologistes peuvent gagner, en donnant au rassemblement un contenu appuyé sur les mobilisations sociales, écologistes, féministes, citoyennes, démocratiques. 

    Ce sont ces aspirations qui se sont exprimées dans les luttes des personnels de santé, des salariés-es dans les entreprises menacées, dans les mobilisations antiracistes, dans le contenu des 34 propositions du groupement syndical et associatif « Plus Jamais Ca », dans les différents appels, mais aussi dans des propositions de la Conférence citoyenne pour le climat.

     

    E. Macron va tenter de rebondir en ne retenant des exigences écologistes que ce qui est compatible avec les puissances financières : pas de taxation des dividendes par exemple.

    Il faudra donc consolider les mobilisations, aussi bien sur le plan social, écologique que politique.

     

    ENSEMBLE !, Mouvement pour une Alternative de Gauche Ecologiste et Solidaire, fera tout pour favoriser ce rassemblement, qui peut être victorieux.

    Mais il faudra convaincre les millions qui se sont abstenu.es, qui pour certains n’ont plus d’espoir politique, en particulier dans les quartiers populaires où le confinement a augmenté la précarité et la pauvreté.

    La menace d’extrême-droite est également toujours présente, préconisant le repli nationaliste et raciste.

     

    Ce sont donc des propositions radicales de rupture avec l’ordre néo-libéral qui s’imposent.

    Pour changer le cours des choses, éviter les catastrophes prévisibles et agir dès maintenant.

     


    Le 30 juin 2020.

    Ensemble !


    votre commentaire
  • Communiqué Ensemble ! 1er juin 2020

    Aux Etats-Unis comme en France :

    non aux violences racistes !

     
     

    De New York à Los Angeles et de Minneapolis à Nashville – et même jusqu’aux grilles de la Maison Blanche -, une révolte impressionnante traverse les Etats-Unis.

    S’exprimant de multiples façons allant jusqu’à des actes de destruction ciblant notamment des commissariats, elle est l’expression d’une colère juste contre les violences policières et le racisme institutionnel.

     

    Les manifestant-e-s ne se trompent pas, ces violences et ce racisme ne sont pas le fait de quelques brebis galeuses.

    Les agressions et les meurtres racistes, commis par des policiers ou pas, et généralement couverts par les autorités politiques et judiciaires, sont trop fréquents pour ne pas faire système.

    Si le policier récidiviste Derek Chauvin, le meurtrier présumé de George Floyd, a été licencié et écroué, c’est uniquement sous la pression de la rue.

    Le chef d’inculpation d’homicide involontaire est d’ailleurs largement insuffisant.

     

    Rien ne laisse supposer que les Etats-Unis de Donald Trump agiront contre le racisme dans la police, ni rendront justice aux familles des victimes.

    Le président actuel est celui qui a imposé en 2017 un ‘muslim ban’ – l’interdiction d’entrée sur le territoire américain des ressortissants de plusieurs pays musulmans.

    C’est celui qui, dans le contexte de la rivalité de Washington avec Beijing, de sa gestion catastrophique de la crise du coronavirus et d’une récession économique, encourage le racisme anti-chinois.

    C’est celui qui a conseillé plusieurs élues démocrates (majoritairement nées aux Etats-Unis) à « retourner dans leurs pays infestés de criminalité ».

    C’est celui qui agite le spectre de l’invasion du pays par des «criminels mexicains ».

    C’est celui, enfin, qui est devenu le porte-étendard de tout ce que les Etats-Unis comptent d’identitaires d’extrême-droite.

     

     

    Mais la majorité des antiracistes états-uniens ne font pas non plus confiance à l’establishment du parti démocrate.

    Pour des gouverneur-e-s et des maires démocrates dans les villes affectées, y compris quand ils et elles sont afro-américain-e-s, le message aux manifestant-e-s est principalement : « Rentrez chez vous » et « attendez les élections » … que Trump pourrait reporter pour cause de coronavirus !

     

    Pendant ce temps, les autorités mobilisent la police, la garde nationale et l’armée pour restaurer « l’ordre ».

    En même temps, elles laissent parader de véritables milices privées d’extrême-droite manifestant des armes à la main contre le confinement sanitaire au nom de la lutte contre le « communisme ».

    Tout porte à croire que les Etats-Unis vivent un moment historique.

     

     

    Ensemble ! Mouvement pour une Alternative de Gauche Sociale et Ecologique tient à exprimer sa sympathie pour tou-tes les proches des victimes des actes racistes, aux Etats-Unis comme en France.

    Il faut que justice leur soit rendue !

    Nous saluons les manifestant-e-s, et notamment parmi eux et elles, les premier-ères concerné-e-s, qui font preuve d’un immense courage.

    Nous soulignons également la participation de nombreux-es citoyen-ne-s de toutes origines qui expriment ainsi leur solidarité avec les victimes directes.

    Ils et elles soulèvent l’espoir de l’émergence d’un ‘tous ensemble contre le racisme’.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique