• Ensemble Finistère !

    Accueil  - Ensemble Finistère !

  • Tribune - 12 juin 2021

     

    Priorités Citoyennes...

     

    Pour les Départementales comme pour les Régionales,

    les militants d'Ensemble! 

    Mouvement pour une Alternative de Gauche, Écologique et Solidaire

    accordent la priorité à la démarche citoyenne

    et aux propositions de mise en place d'une démocratie active,

    pour lutter contre les inégalités sociales et les discriminations,

    pour construire une écologie sans concession avec le système capitaliste et productiviste. 

     

    A l'échelle du Département Finistérien et de la Région Bretagne,

    face aux fortes inégalités sociales et aux déséquilibres territoriaux qui caractérisent les politiques publiques menées par la droite au pouvoir et par les majorités socialistes au niveau du département et de la région ,

    la construction d'une alternative citoyenne est possible et nécessaire,

    d'autant plus que  La Macronie, aveugle et sourde aux demandes citoyennes et de plus en plus autoritaire,

    d'autant plus que la droite dure dérive vers sa lépénisation, d'autant plus que l'extrême droite lépéniste - anti-sociale, hostile aux plus fragiles, raciste, sexiste -

    sont en embuscade. 

     

     

    Cette alternative se doit à la fois d être démocratique, sociale, solidaire et écologique dans le contexte des crises économiques et humaines, sanitaires, des dérèglements climatiques aggravées par la course au profit que nous impose le système capitaliste. 

      

    Le choix d'une alternative démocratique, sociale et écologique,

    c'est celui de l'avenir,de la jeunesse,

    c'est celui du monde du travail, des retraités

    c'est celui du monde d'après,

    un monde ouvert et juste, vivable et solidaire !

     

     

    Face à la montée des idées d'extrême droite,

    le rassemblement de toutes les forces politiques, associatives, citoyennes et syndicales,

    de toutes les forces  de progrès social, solidaire et écologiste est une nécessité absolue.

     

    Cette montée des idées d'extrême droite

    ne vient pas de nulle part. 

     

    Elle se nourrit de la crise généralisée du capitalisme et de l'absence d'un projet alternatif de société.

    Cette crise entraîne la plus grande confusion, le désarroi et parfois le désespoir.

     

    Pourtant, les résistances et les mobilisations, comme par exemple les marches pour le climat, les manifestations féministes et antiracistes, les luttes syndicales et associatives montrent que des alternatives sont possibles.

     

    Appuyons-nous sur ces résistances et ces mobilisations pour élaborer un projet humain alternatif ! 

     

    Cette montée des idées d'extrême droite

    ne vient pas de nulle part.

     

     

    Cette montée des idées nauséabondes, dangereuses pour les Libertés,  se fait sous la pression d'un parti d'extrême droite dont le projet de société est directement inspiré par les thèses du fascisme.

     

    La droite dure est  aujourd'hui quasiment acquise à ces idées,

    et la Macronie les copie de plus en plus clairement.

     

     

    Mais cette montée des idées d'extrême-droite est aussi la résultante des renoncements et des capitulations de la gauche molle libérale d'accompagnement, de Mitterand, de Mauroy à Fabius puis Jospin puis Hollande, Valls sans oublier Macron

    et, tout récemment encore, avec la participation de plusieurs de ses responsables à une manifestation qu'il faut bien qualifiée de factieuse appelée par des syndicats policiers fascisants.

     

     

    Oui, continuons à nous rassembler comme le 12 juin et même au-delà, avec toutes les forces et organisations qui le souhaitent !

     

    Faisons de cette force  un point d'appui populaire pour l'avenir. 

     

    Mais cela ne suffira pas :

     

    de manière complémentaire au rassemblement,

    engageons-nous

    à cesser toute compromission avec les idées d'extrême droite,

    à refuser les logiques sécuritaires, les inégalités, les discriminations et les violences policières de la Macronie,

    à exiger l'égalité des droits pour toutes et tous,

    à exiger la transition écologique, la solidarité et l'accueil des migrant·es,

    à exiger la démocratie et le bien vivre ensemble !


    votre commentaire
  • Ensemble Finistère !
    Langue Bretonne
     
     
    LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL DÉCLARE DE NOUVEAU
    LA GUERRE
    AUX LANGUES RÉGIONALES,
    A CELLES ET CEUX QUI LES PARLENT OU VEULENT LES PARLER !
     
    Le Conseil Constitutionnel vient de censurer partiellement
    la loi Molac :
    en interdisant l’enseignement immersif dans l’Ecole publique,
    en interdisant les signes diacritiques dans les actes d’Etat Civil.
     
    Il montre ainsi son mépris
    pour celles et ceux qui en Bretagne parlent
    ou veulent parler les langues de Bretagne,
    pour celles et ceux qui voudraient donner des prénoms bretons
    à leurs enfants non conformes à l’interprétation que fait le Conseil constitutionnel de la constitution.
     
    Le Conseil constitutionnel commet une double faute :
    - d’abord, la pédagogie par immersion est une réussite partout où elle est appliquée.
    - ensuite la constitution elle-même reconnaît les langues régionales comme langues de France et à ce titre peut donc tout à fait autoriser les mêmes dispositifs pour celles-ci que pour le français.

     
    Les langues, avec leurs implications complexes en termes d’identité, de communication, d’intégration sociale, d’éducation et de développement, revêtent une importance stratégique pour les peuples et pour la planète.
     
    Or, du fait des processus de mondialisation, elles se trouvent de plus en plus menacées ou disparaissent purement et simplement.
     
    Lorsque les langues s’éteignent (50% des 7000 langues utilisées dans le monde sont en danger de disparition), la diversité culturelle, qui fait la richesse de l’humanité, s’amenuise.
     
    Car, avec elles, ce sont aussi des perspectives, une mémoire collective, des modes uniques de pensée et d’expression – autant de ressources précieuses pour garantir un avenir meilleur – qui se perdent.
     
    Pour que chaque langue puisse vivre et être utilisée tous les jours, des politiques linguistiques volontaristes avec des moyens financiers ambitieux sont nécessaires.

     
    Partout autour de nous en Europe, en Irlande, au Pays de Galles, en Ecosse, au Pays Basque Sud, en Catalogne la co-officialité de 2 langues, la nationale et la régionale est la règle.
    Partout cette co-officialité a été obtenue par la lutte.
     
    Pour Ensemble ! c’est bien la co-officialité de la langue bretonne et de la langue gallèse avec la langue française qu’il faudra obtenir !
     
    Ensemble ! appelle à participer à la manifestation du 29 mai à Guingamp à 14h, pour les langues de Bretagne et pour la défense et la promotion de toutes les langues dites régionales.

     


    votre commentaire
  • Poursuivre la mobilisation de soutien

    au Peuple Palestinien

    en pays de Morlaix



    Après la réussite de notre rassemblement de samedi matin square de la Résistance (bonne participation avec l'attention des rédactions locales, belle expression unitaire) l'Afps du Pays de Morlaix a écrit aux 18 associations, partis et syndicats* présents lors du rassemblement pour leur proposer de continuer et si possible d'amplifier notre mobilisation locale.

    Nous avions convenu de continuer à nous adresser à la Sous-préfète de Morlaix pour qu'elle transmette de notre part une lettre à la Présidence de la République. Nous avons donc renouvelé notre demande de rendez-vous pour vendredi 21 mai à 17H 30 (jour ouvrable) et nous proposons d'inscrire cette demande dans le cadre d'une nouvelle démonstration de solidarité avec le peuple palestinien.

    RENDEZ-VOUS à 17h 30 VENDREDI 21  DEVANT LA SOUS-PREFECTURE DE MORLAIX

    Pour en faire le point de départ d'une manifestation.  L'occasion pour les organisations qui ne se sont pas exprimées samedi dernier de le faire si elles le souhaitent.

    *LDH, Amnesty International, CCFD-Terre Solidaire, Association Morlaix/Wavel, ACAT, Mvt de la Paix, PS, PCF, Génération's, France Insoumise, EELV, Ensemble, UDB, Gauche indépendantiste, NPA, Lutte Ouvrière, UL-CGT, UL-Solidaires, FSU...




    Pour info, vous pouvez suivre l’actualité de l’AFPS Pays de morlaix sur Twitter
    @AFPSMORLAIX


    votre commentaire
  • Prise de parole d'Ensemble!

    au rassemblement initié par l'AFPS Pays de Morlaix

    Samedi 15 mai 2021


    votre commentaire
  • VIRER LES ACTIONNAIRES ?

    Réunion-Débat en Visio (Zoom)

    organisée par Ensemble Finistère !

    Le Mardi 4 Mai A 20 H 30

    (durée environ 1h30)



    La crise sanitaire et sociale que nous vivons depuis plus d’un an aura mis en lumière comme rarement les impasses et le cynisme d’un capitalisme mondialisé :

    De la pénurie de masques aux manœuvres des laboratoires produisant les vaccins, le tableau est tragiquement éloquent.

     

    Alors que des millions de travailleur.se.s dans tous les secteurs (Industrie, Commerce, Services, Culture,...) sont réduit.e.s au chômage partiel, que la faillite menace de nombreux.ses indépendant.e.s et que les licenciements se multiplient, l'économie de casino continue de plus belle :

    Ce sont les entreprises du CAC 40, dont Sanofi, qui s'apprêtent à verser 51 milliards d'€ à leurs actionnaires.

    C'est Nokia qui, dans le cadre du plan de relance gouvernemental, va encaisser 10,5 millions d'€ pour un centre de cyber-sécurité à Lannion, après y avoir mené un plan social avec des dizaines de licenciements ...



    Peut on envisager une possible transformation sociale, écologique, féministe et démocratique tant que les actionnaires mèneront le jeu au détriment du plus grand nombre ?

    Peut on s'en débarrasser et comment y parvenir ?



    Pour en débattre, Ensemble ! Finistère, mouvement pour une alternative de gauche écologiste et solidaire, invite à une réunion-débat en visio conférence le mardi 4 mai à 20 h 30 avec Benoît Borrits, économiste, auteur du livre "virer les actionnaires, pourquoi et comment s'en passer".

     

    Pour participer à la réunion-débat en visio

    merci de vous inscrire auprès de

    ensemble29@orange.fr

    pour recevoir le code d'accès à la visio sur zoom


    votre commentaire
  • Un rassemblement pour le 1er-Mai

    Le Télégramme Abonnés >>>>>


    votre commentaire
  • Contribution perso au débat ...

    "Mon appréciation positive sur la Loi Molac,

    sur les langues régionales

    dont le Breton"

     

    Les députés FI ont voté à l'unanimité contre la Loi Molac, la semaine passée (y compris Clémentine Autain qui explique maintenant qu'elle avait laissé sa clé de vote à un autre député sans lui donner de consigne).

     

    Je porte une appréciation positive sur la Loi Molac,

    sur les langues régionales dont le Breton"



    La Loi Molac, ce n'est pas que le forfait scolaire automatique.

    Elle introduit la protection des langues régionales dans le code du patrimoine, légalise la signalétique bilingue et l'utilisation des signes "diacritiques" des langues minoritaires dans les actes d'état civil.

    Sur le plan de l'éducation, elle autorise surtout le recours à la pédagogie par immersion dans l'école publique et intègre l'enseignement des langues régionales comme matière facultative dans le cadre de l'horaire normal d'enseignement.

    Dire que la loi Molac n'est qu'un cadeau au privé et qu'elle va fragiliser encore l'école publique, c'est quand même un peu court et un peu facile.

    Faut-il rappeler que les écoles comme Diwan pour l'enseignement du Breton, n'existent sous forme associative que parce que les divers gouvernements qui se sont succédé depuis des décennies ont toujours refusé de donner une place aux langues régionales et minoritaires dans le système scolaire.


    Dès sa création en 1977, Diwan (qui se définissait comme laïque et gratuite) revendiquait son intégration dans le service public d'éducation.

    Ils ont porté cette revendication très longtemps avant de finir par accepter la "solution" du contrat d'association en raison de la situation d'étranglement financier.

    Le protocole d'intégration signé en 2001 avec Jack Lang n'avait pu aboutir en raison du manque de courage politique du PS hostile pour une bonne part à la pédagogie par immersion (il parait que ce serait anti-constitutionnel et contraire à l'universalisme de notre bonne vieille République bourgeoise !).

    Et qui était à l'époque ministre délégué à l'enseignement technique et menait la bataille au gouvernement contre cette intégration : Mélenchon; lequel Mélenchon traitait Diwan de secte en 2008. Lui et sa garde rapprochée n'ont pas bougé d'un iota depuis.



    Cà fait plus de 50 ans que la pédagogie par immersion se pratique et pas que dans les régions périphériques de l'Hexagone.

    Cà donne quand même un peu de recul et toutes les études menées sur les résultats de cette pédagogie montrent que le bilinguisme précoce est plutôt un atout.

    Quand on voit le niveau moyen de pratique des langues étrangères en France, on n'a vraiment pas à se vanter du modèle éducation nationale sur ce plan.

    Il faudra quand même que les opposants à la pédagogie par immersion démontrent en quoi celle ci serait néfaste aux apprentissages et en quoi elle remettrait en cause "les fondements de la République".



    Quant à la question du forfait scolaire (qui existe déjà quand des enfants d'une commune sont scolarisés dans des établissements publics d'une autre commune) la solution passe peut être plus par une forme de mutualisation des dépenses de fonctionnement des écoles à l'échelle des intercommunalités ou du département.

     

    DR

    12 avril 2021

    Ensemble Finistère !


    votre commentaire
  • Fil ouvert 8 avril + mise à jour

    Langues régionales : l'Assemblée adopte le projet de loi

    Ce jeudi 8 avril, les députés examinaient en deuxième lecture la proposition de loi sur les langues régionales. Après plusieurs heures de débats, l'Assemblée a adopté le projet de loi. Une victoire pour le député breton Paul Molac à l'origine de ce texte. 

    France 3 Bretagne >>>>>

    Assemblée Nationale

    Analyse des scrutins

    Scrutin n°1 >>>>>

    Scrutin n°2 >>>>>

    Scrutin n°3 >>>>>

     

    09 avril 2021
     
     Langues régionales : une loi qui fera date
     

    votre commentaire
  • Avis militant ...

    Ensemble Finistère !

    3 Avril 2021

     

    A propos des projets de réunion

    des responsables

    des organisations de gauche et écologistes

     

    Lundi 29 mars, Yannick Jadot d'EELV, appelait les « leaders de la gauche et des écologistes » à se rencontrer pour préparer 2022, pour « se parler sans se résigner », face aux menaces de l’extrême droite et pour rejeter la politique anti-sociale de Macron et de son gouvernement.

    Plusieurs des responsables concernés lui ont déjà répondu.

    Ensemble s’en félicite. 

    Une telle rencontre peut permettre un début de remobilisation commune face aux menaces de l’extrême droite et pour rejeter la politique de Macron et de son gouvernement réactionnaire.

     

    Il convient pourtant de ne pas laisser seulement les dirigeant.es nationaux et éventuels futurs candidat.es à la présidentielle discuter seul.es et dans leur coin, de projets et de candidatures tant pour les présidentielles que pour les législatives 2022.

    Il nous faut construire un rassemblement alternatif encore plus large à la base, sur le terrain, dans les quartiers, dans les communes, les cantons, les départements, dans les entreprises, les lieux de travail et de vie...

     

    Si on veut aboutir à un rassemblement et à un rapport de force nouveau qui proposent des perspectives politiques nouvelles et innovantes, des alternatives sociales, humaines et solidaires à la population, nous devons créer les conditions d’une mobilisation populaire et citoyenne pour intervenir dans le débat.

     

    Ensemble participera à toutes les initiatives visant à la mobilisation citoyenne, une mobilisation pour mettre en avant une autre logique face à la crise, une logique qui parte des besoins de la population.

    Nous avons besoin d'une mobilisation citoyenne et populaire  qui mette au premier plan les besoins sanitaires, économiques, démocratiques, sociétaux et sociaux.

     

    Pour Ensemble, il convient de rassembler non seulement les organisations de gauche et écologistes, en lien avec le mouvement social, mais aussi les forces citoyennes, associatives, de rassembler pour les mobilisations d’aujourd’hui et les échéances électorales de demain :

    Pour mettre en place des solutions alternatives radicales à une crise elle-même radicale, des solutions qui tournent le dos au capitalisme, au néo-libéralisme ou à la sociale-démocratie, en opposition des politiques des années Chirac, Sarkozy, Hollande, amplifiées par Macron et celles déjà annoncées par Le Pen. 

     

    C'est pour cela que nous estimons que la priorité réside dans la  construction partout de collectifs citoyens militants autonomes et autogérés en les regroupant dans un vaste réseau horizontal.

     

    Pour gagner une vie nouvelle, une société nouvelle.

    Ensemble construisons les solutions citoyennes qui portent nos exigences sociales, écologistes et démocratiques.

     


    votre commentaire
  • Soutenir l’UNEF

     

    Depuis quelques jours, une campagne hystérique, venant de réactionnaires de droite et d’extrême droite, réclamant la dissolution du syndicat étudiant l’UNEF est savamment orchestrée.

     

    Des menaces ont même été proférées à l’encontre d’anciens ou actuels responsables de cette organisation.

     

    Le prétexte à cette campagne ignoble est l’organisation de réunions en «non-mixité» considérées comme «racistes».

     

    Campagne qui s’ajoute par ailleurs à celle sur «l’islamo-gauchisme» à l’université.

     

    Blanquer considère que ces réunions peuvent même mener à «des choses qui ressemblent au fascisme».

     

    Qui peut croire un seul instant que les jeunes militants de l’UNEF seraient racistes et glisseraient même vers le fascisme ?

     

    Personne!

     

    Alors pourquoi cette polémique et que cherchent ses auteurs à rechercher jusqu’au cœur du pouvoir d’état, de la macronie ?

     

    A mettre en œuvre un nouvel arsenal de dispositions contre les organisations syndicales, le mouvement associatif, les organisations citoyennes et politiques et plus largement contre les citoyens ?

     

    A justifier les mesures autoritaires et liberticides (répression policière, sécurité globale, surveillance permanente, fichage, séparatisme etc.), avec la volonté de restreindre les libertés, en particulier celles de penser, d’écrire, de s’exprimer, de s’organiser, de se réunir et de manifester ?

     

    La «pente vers le fascisme» serait d’interdire un syndicat, les réunions syndicales, les manifestations syndicales, l’expression du droit syndical.

     

    Nombreux sont actuellement les étudiants confinés, sans travail rémunéré, sans ressources, privés de cours, de sorties et d’une vie normale : ils ont besoin de syndicats, ils ont besoin de solidarité.

     

    C’est la raison pour laquelle, Ensemble Finistère, Mouvement pour une Alternative de Gauche, sociale, écologiste et solidaire soutient pleinement l’UNEF.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique