•  

    A la une du Blog : 25 Janvier 2015

    Ensemble !

    Mouvement

    pour une alternative de gauche

    écologique et solidaire

     

    Concarneau

     

    Ensemble ! Cornouaille apporte son soutien

    au collectif citoyen « Concarneau solidaire et durable »

     

     

    Ensemble ! Cornouaille apporte son soutien au collectif citoyen « Concarneau solidaire et durable » et participe à ses travaux.

    Ce collectif lie trois urgences primordiales pour la ville :

    • Urgence démocratique : co-construction des projets pour la commune, contrôle citoyen avec le droit de saisine du conseil municipal…

    • Urgence sociale : défense des services publics de proximité, logements sociaux, appui fort aux structures sociales locales (CCAS, La Balise…)

    • Urgence écologique : transports gratuits, liaisons douces entre les quartiers, tendre vers le zéro déchet…

    Ce collectif offre par ailleurs la possibilité d’une résistance locale face aux politiques de régression sociale défendues par la liste LREM.

    Il marque aussi une rupture avec les pratiques de l’équipe sortante qui a trop longtemps priorisé la spéculation foncière, les événements de prestige et réduit à peau de chagrin la démocratie locale.

     


    votre commentaire
  • Le Pen n'était pas la bienvenue à Brest

    Le Pen a du déplacer le lieu de sa conf de presse à  Brest, en effet, vive réaction unitaire de 18 orgas politiques et syndicales de gauche, 250  manifestant.e.s qui dénoncent les menace du RN contre les militantEs :

    "Au pouvoir, nous les mettrons hors d'état de nuire" écrit dans la presse le RN.

    Les orgas vont réagir ensemble en s'adressant au Procureur de la République contre ces menaces inacceptables.

    Ensemble Brest ! 30 Janvier 2020

    ------------------------------------------------

    200 personnes réunies ce jeudi à Brest avant la venue de Marine Le Pen, la conférence de presse déménagée

    Le Télégramme >>>>>

    Brest. 200 personnes pour dire non à Marine Le Pen

    Ouest-france >>>>>>

     


    votre commentaire
  • Le Pen n’est pas la bienvenue à Brest

    Alors que Marine Le Pen tiendra une conférence de presse jeudi 30 janvier à Brest, pour lancer la campagne de sa liste aux municipales, 17 organisations syndicales, politiques et associatives (*) appellent à un pique-nique antifasciste à 12h30, square de la Tour d’Auvergne (devant l'hôtel Continental).

    Au moment où le mouvement social mène un combat pour le retrait du projet de réforme des retraites, les organisations signataires appellent les Brestoises et les Brestois à dénoncer les mensonges du RN qui stigmatise les immigrés alors que le véritable problème de notre pays relève fondamentalement du partage des richesses

    (*)Alternative UBO, UL CGT Brest, CNT, Ensemble, EELV, FSU, FI, Génération S, LDH, MRAP, NPA, PCF, PS, Solidaires 29, UCL, UDB, VISA 29.


    votre commentaire
  • Carhaix. Le rassemblement de gauche lance sa campagne

    Une troisième liste entre en lice pour la bataille des municipales. Intitulée « Une dynamique de gauche pour Carhaix », elle se veut « ouverte et de rassemblement ». Douze noms ont été dévoilés.


    votre commentaire
  • Arielle et Dominique
    vous souhaitent une bonne et heureuse année
    2020
    Bloavezh Mad - Bonne Année
     
     Accueil  - Ensemble Finistère !

     Photo, conception et réalisation : Ensemble Finistère !


    votre commentaire
  • Nedeleg Laouen
    Joyeux Noël et Solidarité
    avec les Grévistes et Manifestants
    contre la réforme anti-sociale des retraites
     
    (Photo Ensemble Finistère!)
     


    votre commentaire
  • Déclaration commune

    Une réforme des retraites,

    oui mais pas celle-là!

    Signée par Ensemble !,

     

    Le Premier Ministre s’est exprimé mais rien ne change.

    Le Premier Ministre assure qu’il n’y a pas d’autres choix que de travailler plus longtemps pour améliorer notre système de retraite.

     

    Nous lui répondons le contraire : Il y a d’autres choix.

    Notre pays vit une crise sociale majeure.

    La colère des français-es contre la réforme des retraites du gouvernement est à la mesure des deux ans et demi de régression sociale, de mauvais coups portés contre la grande majorité de nos concitoyen-nes, contre nos services publics et  devant l’absence de politiques permettant de répondre à l’urgence sociale et climatique.

     

    Nous, forces politiques issues de la gauche et de l’écologie, condamnons la méthode et le fond de cette réforme des retraites confirmés par le Premier Ministre qui va aggraver la situation des retraité-es et futurs retraité-es de notre pays.

    Nous demandons que le gouvernement engage de véritables négociations, sans imposer une réforme dont il ne sait pas lui même simuler les conséquences.

    Nous demandons que s’ouvre un vrai débat qui mette en balance toutes les propositions pour améliorer le système de retraite actuel sans régression sociale.

    Le dépôt du projet de loi constituerait un passage en force alors même qu’il n’est soutenu que par le MEDEF et le parti présidentiel.

    Il doit être retiré pour apaiser la situation, renouer les fil du dialogue et sortir de la situation de blocage du pays. 

     

    Nous partageons ensemble le même diagnostic :

    le système de retraite actuel n’est pas déficitaire comme l’affirme le gouvernement et ne le deviendra que si les choix budgétaires injustes faits par ce gouvernement n’étaient pas corrigés.

    Aucune raison budgétaire ou démographique n’impose d’exiger des Français un sacrifice sur leur pension pour sauver notre système de retraite.

    Quand les hôpitaux, l’éducation, les forces de l’ordre, la justice, demandent plus de moyens, quand la population réclame plus de services et de répondre l’urgence écologique et climatique, nous devons sans délai changer de cap. 

     

    Nous dénonçons la méthode du gouvernement qui communique sur un supposé “dialogue” mais “en même temps” renvoie aux partenaires sociaux le devoir de trouver des mesures d’économie en un temps record, là où le débat demande du temps et alors qu’aucune urgence n’existe.

     

    Mais la méthode est rodée, c’est celle déjà imposée avec l’assurance chômage et qui conduit à la précarisation d’un million sept cent mille chômeurs. 

     

    A l’écoute des besoins de la population, nous voulons offrir aux françaises et aux français des pensions permettant de vivre dignement, supprimer les insupportables inégalités existant entre les femmes et les hommes et une meilleure prise en compte de la pénibilité, des carrières longues ou hachées.

    Nous voulons garantir aux plus jeunes un haut niveau de protection sociale, dans une France solidaire entre les générations et sans dette écologique.

    Toute personne a droit à une retraite en bonne santé et cet objectif doit être le fil rouge de la réforme à venir.

    Ce projet doit assurer à toutes et tous des conditions de vie digne et une insertion sociale tout au long de la vie.

     

    Ensemble, nous proposons d’améliorer le système de retraite solidaire par répartition sans pour autant augmenter l’âge de départ en retraite ou allonger la durée de cotisations.

    Des solutions alternatives, progressistes, existent qui permettent d’élargir l’assiette de financement de notre système de retraite et de créer plus d’emplois pour plus de justice sociale.

     

     

    Signée par Ensemble !,
    Europe Écologie Les Verts,
    Gauche Démocratique et Sociale,
    Gauche Républicaine et socialiste,
    GénérationS,
    Les Radicaux De Gauche,
    Parti Communiste Français,
    Parti Socialiste,
    Pour une Écologie Populaire,
    Place Publique,
    République et socialisme,
    Union des démocrates et Écologistes

    votre commentaire
  • Communiqué Ensemble Finistère

    Mobilisation du 5 décembre 2019

     

    Jeudi 5 Décembre 2019
     

     

     

    A la une du Blog : 25 Janvier 2015

     

    Ensemble

    Finistère

    !

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ensemble

    Finistère

    !

    LE 5 DECEMBRE ET APRES,

    TOUS ENSEMBLE POUR GAGNER

    Le 5 décembre, débute une mobilisation générale du monde du travail contre le projet gouvernemental d’instaurer un système de retraite par points.

    Un projet qui détruirait les principes de solidarité qui ont fondé notre système de protection sociale et qui aura comme conséquence la baisse généralisée des pensions futures.

    Ensemble ! apporte son soutien à la journée d’action intersyndicale du 5 Décembre et appelle nos concitoyennes et concitoyens à y participer massivement.

    Le monde du travail a trop longtemps supporté des reculs sociaux et démocratiques (détricotage du Code du Travail, casse des services publics, attaques contre les droits des chômeurs…).

    Une vraie réforme du système des retraites, c’est celle qui assure l’égalité des droits pour toutes et tous :

    montant de la retraite à 75 % du meilleur salaire qu’on soit du privé ou du public,

    retour à l’âge légal de départ à 60 ans;

    des mesures parfaitement applicables en taxant les profits des grandes entreprises et en s'attaquant vraiment à l'évasion fiscale.

    Contre la politique de casse sociale de Macron

    et de son monde,

    et face à un pouvoir qui annonce déjà

    qu’il restera « droit dans ses bottes »,

    c’est à une mobilisation prolongée,

    multiforme et imaginative

    qu’il faut se préparer.

     
    Mobilisation Générale

    votre commentaire
  • Déclaration

    Ensemble Finistère!

    soutient les mobilisations pour des retraites solidaires
     

     

    Ensemble Finistère ! apporte son soutien à la mobilisation pour des retraites solidaires, contre le projet du Président de la République et du Gouvernement.


    Le projet du gouvernement n’est pas encore entièrement défini dans ses moindres détails, mais les grands principes qui sont annoncés comme intouchables (instauration de la retraite à points, limitation des pensions à un montant fixe du Produit Intérieur Brut, allongement de la durée de travail) justifient amplement une opposition résolue.

    Ces principes constituent une remise en cause radicale de ceux qui ont fondé notre système de protection sociale, basé sur la solidarité.

    Cette nouvelle attaque, qui fait suite à beaucoup d’autres, vise à détruire de nouveaux éléments de solidarité, afin d’ouvrir davantage encore d’« opportunités » aux multinationales de la finance.

    Car ce projet aboutirait globalement à faire baisser les pensions de 20 à 25 % pour une carrière professionnelle identique, menant droit au développement des retraites complémentaires par capitalisation.

     


    Ce projet comporte une attaque frontale contre les cotisations sociales et la gestion des retraites par les salarié·e·s et leurs représentant·e·s.

    Nous combattons la main mise de l’État sur les budgets de la protection sociale, qui retire aux salarié·e·s encore un peu plus de pouvoir sur leur existence.



    Le système actuel est partiellement redistributif, il corrige en partie les inégalités de salaires, ce qui lui donne une dimension solidaire.

    L’instauration d’un système de « retraites à points » entièrement contributif augmenterait encore les inégalités de pension, en faisant dépendre plus étroitement le montant des pensions des salaires perçus au cours de toute la vie, y compris les plus bas.

     


    Toutes celles et tous ceux qui auront connu des carrières hachées et la précarité en pâtiraient.

    Les femmes, dont les carrières professionnelles sont plus fréquemment interrompues, en seraient les premières victimes.


    Les jeunes sont particulièrement ciblés, alors qu’une des pistes du gouvernement pour essayer d’éteindre la contestation serait de n’appliquer le système par points qu’aux nouveaux entrants sur le marché du travail…

    Et avec la suppression du calcul sur la base des 25 meilleures années dans le privé et des 6 derniers mois dans le public, un·e étudiant·e qui redouble une année sera pénalisé·e dans le calcul de sa pension, pour un redoublement vieux de 40 ans !



    Qu’il passe par l’élévation de l’age légal, de l’age « pivot » ou par l’augmentation de la durée de cotisation, l’allongement de la durée de travail pour pouvoir bénéficier d’une retraite pleine serait nuisible pour l’emploi, il irait à l’encontre de la santé des travailleurs et des travailleuses et il entraînerait une baisse des pensions pour toutes celles et tous ceux qui ne pourront pas remplir les conditions attendues.


    La limitation du total des pensions à un montant fixe du Produit Intérieur Brut conduirait inévitablement à une baisse des pensions puisque le nombre de retraité·e·s augmentera, à moins de compter sur une croissance économique importante qui semble a priori difficile à concilier avec les exigences de l’urgence écologique.

     


    L’instauration de retraites à points vise à équilibrer automatiquement le système par la baisse des pensions en mettant fin à tout niveau garanti des pensions : personne ne pourra savoir combien il touchera une fois à la retraite, puisque le montant du point sera redéfini sans arrêt.



    Le système actuel est loin d’être parfait et nous portons des propositions diverses pour l’améliorer.

    Mais nous réaffirmons notre attachement à des retraites solidaires.


    Rien n’impose le passage à des retraites à points,

    rien n’impose un allongement du temps de travail au cours d’une vie,

    rien n’impose la baisse programmée des pensions.

     

    C’est pourquoi nous soutenons la mobilisation initiée par un ensemble d’organisations syndicales, d'associations et de partis politiques dès le 5 décembre et nous participerons à la mobilisation qui s’engage.



    Ensemble Finistère !

    le 23 novembre 2019


    votre commentaire
  • "Samedi 23 novembre,
    RDV à Brest pour un rassemblement
    contre les violences sexistes et sexuelles
     
    à l'appel de :
    Attac, ActionAid Peuples solidaires , Ligue des Droits de l'Homme, CFDT , CFTC ,CGT ,FSU ,SUD/Solidaires ,EELV, Ensemble! ,Génération-s ,LFI ,PCF ,PS
     
    Nous appelons toutes celles et tous ceux qui veulent en finir avec les violences sexistes et sexuelles et avec les féminicides à se rassembler , place de la Liberté à Brest, samedi 23 novembre à 14 h.

    Chaque jour, dans notre pays, des femmes sont victimes de violences psychologiques, verbales,

    économiques, médicales, physiques ou sexuelles.
    Une femme meurt tous les 2 jours assassinée par son compagnon ou son ex-compagnon.
     
    Qu’elles aient lieu à la maison, au travail ou dans la rue, les violences ne sont pas une fatalité.
    Jamais."

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique