• Rouge ViF ! Notre boussole pour penser la suite...

    Rouge ViF !
    Notre boussole pour penser la suite...

     

     
    La décision est bien compliquée ...
     
    Faut il ou non porter un masque de protection pour freiner le Covid ?

     

    Je vois des amis trancher en faveur du port du masque par rejet des Présidents nauséabonds Trump et Bolsonaro.
    Ces amis s'alarment d'avantage de la menace d'extrême droite que de celle du Covid.
    Des amis proches, intellos et de gauche antilibérale.
     
     
    Je vois d'autres amis, genre rebelles des rond points gilets jaunes, gens de la galère populaire, qui  ont tendance à dire un non systématique et salutaire à tout ce qui vient d'un pouvoir voleur, menteur et méprisant.
    École de la rue, école de classe.
    Ils doutent, ils cherchent, ils rejettent.
    Ils n'ont plus du tout confiance en cette élite prétentieuse.
    Ni celle du pouvoir politique, ni celle du pouvoir médiatique, ni celle du pouvoir judiciaire, ni celle du pouvoir médical.
    Aveugle celui qui refuse de voir dans ce processus de défiance ce qu'elle signale : une époque de profond bouleversement, de Révolution. 
     
     
    Alors je veux dire deux choses :
     
    1/ j'ai choisi de porter ce masque et respecter les distances, simplement parce que je ne me sens pas en capacité d'avoir un jugement « éclairé ».
    Une fois n'est pas coutume, j'applique une consigne sans être persuadé qu'elle est bonne.
    Une fois n'est pas coutume, je m'en remets à ce pouvoir qui a tant de fois fait preuve de mensonges et d'incompétences.
     
    2/ je refuse de diaboliser, comme cela devient l'usage, les formes que prennent les rejets de l'idéologie dominante, de la classe dominante. 
     
     
    Les arguments en faveur du port du masque ne sont pas absurdes :
    peut être réduit-il la diffusion des postillons, à l'hôpital les soignants en usent de longue date pour réduire le nombre de maladies nosocomiales.
    J'imagine que cela a été testé, mesuré, validé.
    L'efficacité est-elle de même ordre hors de ce lieu ?
     
     
    Les arguments opposés ne sont pas absurdes, et surtout ne s'apparentent pas du tout à l'idéologie de Trump, Bolsonaro (que crèvent les plus faibles) ou libéraux le fric d'abord, ou libertaires rien à foutre des autres je fais ce que je veux.
     
    Ces arguments sont portés par des médecins, par des gouvernements étrangers (Norvège) : le masque, humide, devient un nid à Covid qui sera transmis par nos doigts.
     
    Je n'ai pas connaissance d'expérimentation (avec groupe témoin, comme exigé pour l'IHU. Sourire)
     
    Le doute n'est ni absurde, ni méprisable.
    Cracher du « complotisme », du « imbécile faisant courir un risque à la collectivité » à la face de qui exprime son désaccord est non seulement insultant mais excluant.
    C'est sur cette exclusion que la violence fascisante peut prospérer. 
     
     
    Les anciens se souviennent ils de la « nouvelle philosophie » apportée par Bernard Henri Levy, Finkelkraut, etc ?
     
    Il fallait douter de tout.
     
    Il était de bon ton pour tout intellectuel branché de ne plus croire en rien, tout étant « idéologie ».
     
    Mon professeur de philo de l'époque disait « ils doutent de tout sauf de douter ».
    Douter de tout était bien vu, à la mode.
    C'était la pensée des gens bien, des « intellectuels ».
    Mais lorsque aujourd'hui ce sont les gens d'en bas qui doutent, alors c'est du « conspirationnisme » teinté de racisme. 
     
     
     
    Refuser de mépriser ne m'interdit pas de contester un avis.
     
    Effectivement tant de drames, d'horreurs, se passent sans réaction indignée parce que les morts sont jugés sans importance, sans existence.
     
    Ces morts par milliers dans la mer ou dans le désert,
    ces morts de faim,
    ces morts faute de soin jusque parmi nous,
    ces morts de guerre par loi du plus fort.
     
    Toute cette barbare inhumanité par domination de la loi du marché.
     
    Les historiens de demain en parleront avec la même indignation et incompréhension que de ceux de la traite des noirs.
     
    Cette montagne de morts ne nous dispense pas d'agir au mieux, au moins mal, ne serait ce pour sauver une vie.
     
    Voilà, si nous pouvons « économiser » quelques vies de cette pandémie il faut le faire au moins pour rappeler ce qu'est une conduite digne et humaine.
     
     
    Je crois que nous avons une boussole pour former notre réflexion : penser à la suite. 
     
     
    Cette société « libérale », ce Macron, appartiennent au passé.
     
    C'est fini, question de mois pour que toute cette violence des dominants passe à la poubelle et que nous nous demandions comment cela a été possible.
     
    Tant d'aveuglement ! Tant de brutalité ! 
     
     
    Moment charnière, moment obscure, passerons nous par un épisode fasciste, par un ordre policier ?
     
    Penser la suite, notre boussole doit toujours indiquer nous refusons de nous diviser.
     
    Nous ne nous divisons pas sur la question du masque.
    Nous ne nous divisons pas sur l'immigration.
    Nous ne nous divisons pas sur les « quartiers ».
    Nous ne nous divisons pas contre la jeunesse,
    contre ceux qui font du bruit,
    contre ceux qui...
     
    Ce serait s'enfermer dans un comportement stérile qui laisserait advenir le pire.
     
    Pensons à l'avenir,
    il s'annonce très dur,
    c'est tous ensemble
    que nous pouvons apporter de dignes solutions.
     
     
     
    SG
    2/08/2020   

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter