• Ensemble pour les droits humains,

    sociaux et écologiques !

     

     

    Macron se présente comme l’adversaire des gouvernements d’extrême-droite en Europe.

    Mais c’est un mensonge.

    Tous les gouvernements se sont mis d’accord en juin 2018 pour parquer les exilés et les migrant.e.s dans des « camps » en Europe ou en Afrique.

    Tous refusent de soutenir les associations humanitaires.

    Cet abandon des droits humains fait des milliers de mort.e.s supplémentaires dans la Méditerranée.

    Tous ces gouvernements cèdent en réalité à la pression odieuse des partis fascisants.

    Tous font le jeu de Le Pen et de Salvini. (Italie) qui menacent l’Europe de retour vers la barbarie.

     

    La France,  berceau historique des Droits de l'Homme et du Citoyens ne peut pas regarder la Méditerranée devenir le cimetière de celles et ceux que la souffrance pousse à prendre tous les risques.

     

    En même temps Macron détruit méthodiquement les droits sociaux acquis par la mobilisation du camps progressiste : le droit du travail, les retraites, les minimas sociaux, la sécurité sociale sont aujourd'hui menacés.

    L'objectif du gouvernement Macron est clair : appauvrir les pauvres pour enrichir encore les riches !

     

    Enfin alors que les "Marches pour la Planète" et la démission de Nicolas Hulot ont rappelé avec force l'urgence de changer de politique en matière d'écologie, Macron vient de nommer Emmanuelle Wargon secrétaire d'état à la Transition écologiste, soit la lobbyiste en chef du groupe alimentaire Danone un des plus gros pollueurs de la planète en termes de plastique !

    Son nouveau gouvernement est à la remorque des financiers et se moque bien de la santé et du droit à vivre des peuples.

     

    Contre la chasse  aux étranger.e.s qui alimente le racisme, pour nos droits sociaux, pour la préservation de la planète,     il faut une mobilisation d'ampleur de toute la gauche de transformation sociale.

    Une alternative internationaliste, sociale, solidaire  et écologiste est possible !

    Nous avons besoin de toutes et tous pour l'imposer !


    votre commentaire
  • [Le Quotidien de la Politique - Samedi 20 Octobre 2018]

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Le contrôle avant tout :

    les curieuses priorités de Macron avec les médias

    Le déménagement de la salle de presse de l'Elysée, une loi contre les "fake news" et un "conseil de déontologie de la presse" plutôt que la lutte contre la concentration ou l'emprise des géants du web : voilà l'agenda d'Emmanuel Macron en matière de médias.

    Marianne >>>>>


    votre commentaire
  • Agriculture industrialisée, alimentation dénaturée…

    environnement saccagé !

     Amis de la Conf'

    Madame, Monsieur,

    Le 13 septembre à Amiens cinq militants et une militante de la Confédération paysanne poursuivis au civil pour leur action syndicale de démontage de la ferme-usine des 1000 vaches étaient condamnés à verser 120.000 € de «dédommagements» aux propriétaires. Ils avaient pourtant été reconnus par la cour d’Appel comme participant à «une action collective de lanceurs d’alerte». Ces six militant.e.s avaient été pris au hasard parmi l’ensemble des acteurs présents le jour de l’action !

    Dominique Henry, condamnée pour cette action, a souhaité partager ses émotions et sa révolte contre l’industrialisation de l’élevage. Voici son texte :

    « Souvent je pense à mes vaches.

    Je pense à Amazone qui allait toujours faire son petit tour avant d’entrer dans l’écurie.

    Je pense à la brave Luxieuse, on se collait contre elle pour qu’elle nous réchauffe en hiver.

    Je pense aux enfants qui allaient raconter leurs histoires à Ortie.

    Je pense à Norvège la solitaire.

    Je pense à Jugeotte qui voulait adopter tous les veaux.

    Je pense à Liégeois, le jeune taureau qui avait peur des vieilles vaches, et qui venait se cacher derrière nous.

    Je pense à Irma la douce.

    Je pense au jour où j’étais perdue dans le brouillard et que je les ai suivies pour rentrer à la maison.

    Je pense à mon chien Igor, fier, qui nous aidait et nous prévenait.

    Je pense au jour où la chatte a fait ses petits dans le couloir d’alimentation, comme les vaches étaient délicates avec les chatons.

    Je pense à nos vieilles vaches qui se rappelaient des champs où l’herbe était meilleure.

    Je pense aux odeurs.

    Je me souviens comme elles étaient toutes folles quand on leur donnait le regain.

    Je me souviens du bonheur.

    Je me souviens comme j’ai eu mal quand je suis rentrée dans cette « ferme »-usine des 1000 vaches, quand j’ai vu ces bêtes amorphes défiler sur un tapis.

    Et puis le silence, le froid, les odeurs de produits de nettoyage.

    Comme j’ai eu mal pour ces bêtes, mais aussi pour ces hommes, attelés à un travail répétitif, coupés de leur sensibilité.

    Et comme j’ai mal pour tous ceux qui sont déconnectés de la vie. »

    Soutenir le combat des militant.e.s de la Confédération paysanne contre l’industrialisation de l’agriculture est un moyen pour nous, les citoyen.ne.s d’affirmer haut et fort le monde que nous voulons pour nos enfants, nos petits enfants... pour demain !

    Si vous partagez nos convictions, un don en ligne est possible en suivant ce lien:

    https://www.helloasso.com/associations/les-amis-de-la-confederation-paysanne/formulaires/5/widget

    ou en faisant parvenir un chèque à l’ordre des Amis de la Confédération paysanne

    104, rue Robespierre

    93170 BAGNOLET

    En inscrivant au dos « don contre l’industrialisation de l’agriculture »

     

    Vous pouvez également en parler autour de vous pour motiver tous les paysan.ne.s désabusés d’aller voter en janvier prochain.
    La Confédération paysanne sera toujours aux côtés des plus faibles pour plus de justice sociale, économique, alimentaire et environnementale.


    votre commentaire
  • Oui, J.M. Blanquer, vos réformes méritent la critique ! Soutien total à Laurence De Cock





    Cher.e.s ami.e.s,
    Ce matin, sur France Inter, le ministre J.M. Blanquer s’en est pris à notre amie et camarade Laurence de Cock, coordinatrice générale de la Fondation Copernic et porte parole du collectif Aggiornamento, coupable de critiquer - pourtant à raison et pour des motifs de fond extrêmement légitimes - la réforme libérale et conservatrice du lycée et des programmes (notamment en histoire géographie) que ce gouvernement veut imposer. Ces méthodes et accusations infondées ne sont pas acceptables et relèvent d’une interdiction a priori de la critique : elles témoignent d’une arrogance qui vaut aussi méthode d’intimidation. Nous ne nous tairons pas. Nous allons porter la critique nécessaire plus fort et plus haut.
    Vous trouverez ci-dessous le communiqué du Collectif Aggiornamento auquel on ne peut que s’associer. En remerciant vivement Laurence de porter cette critique qui manifestement dérange fort en haut lieu ! Car elle vise juste.
     
    Bien amicalement
    La Fondation Copernic


     
    "Infox" ? Communiqué du collectif Aggiornamento
     
    18 OCT. 2018
    Ce matin sur France Inter, le Ministre a mis en cause Laurence De Cock, porte-parole de notre collectif. Nous répondons.
     
    ll est d’usage, dans l’écriture des programmes, que les associations disciplinaires et syndicales discutent à partir de moutures provisoires. Le collectif Aggiornamento a été auditionné en mai dernier par le CSP pour émettre un avis sur les programmes en cours et faire des propositions. En septembre, un courriel informe qu’il sera à nouveau auditionné avec les autres associations mais que personne ne pourra connaître (et discuter en interne) les projets de programme. Du jamais vu : un refus de dialogue dénoncé également par certains membres du CSP qui ont choisi d’en démissionner. Nous avons refusé ce simulacre d’audition. Le SNES a pris la même décision, s’est procuré les projets programmes par d’autres biais, et les a mis en ligne. C’est sur ces projets que se sont basés deux articles de notre collègue et porte-parole Laurence De Cock dans Libération et dans Mediapart. Elle y pointe le risque de disparition de l’histoire de l’immigration (absente des projets), de l’histoire des femmes (présente uniquement sous le prisme de grandes figures) et du traitement de la Révolution Française dans les filières technologiques (lesquelles ont des programmes à l’architecture tout à fait différente des filières générales). Depuis, face à la polémique naissante, elle a fait l’objet de mises en cause professionnelles par le CSP et ce matin par le ministre lui-même. On nous garantit que les projets de programmes mis en ligne sont des « faux » - Auraient-ils été inventés par le SNES ? L’accusation est lourde. D’autant qu’ils ont été présentés tels quels aux éditeurs scolaires. On nous assure également que toutes ces questions figureront dans les programmes définitifs. « Il n’est pas trop tard » écrivait Laurence De Cock dans son article, appelant à peser sur le CSP. Cela lui donne donc raison. A moins qu’il ne s’agisse d’une mesure d’intimidation ? Peut-on encore intervenir sur les projets de programmes en France ou doit-on se taire en attendant la formulation finale ? La question est posée. Elle est grave.  
    Nous avons choisi d’y répondre : nous continuerons à exercer notre droit à la critique.

    Collectif Aggiornamento histoire-géographie



    votre commentaire
  • Pour les Français, la qualité de vie s'est dégradée en 20 ans

    Ouest-France >>>>>


    votre commentaire
  • AFPS Morlaix.

    De retour de Palestine, ils sont plus motivés que jamais

    Ouest-France >>>>>


    votre commentaire
  • Prix du gaz :

    nouvelle hausse des tarifs réglementés

    de plus de 5% au 1er novembre

    Depuis le début de l'année 2018,

    la facture aura grimpé de 16,4% au total.

    France TV info >>>>>


    votre commentaire
  • Communiqué de presse concernant

    les résultats aux élections des Cheminots retraités

    au Conseil d’Administration de la CPRP SNCF

    (Caisse de Prévoyance et de Retraite des Personnels de la SNCF)

    du 18 octobre 2018,

    avec une progression de la CGT

    qui renforce sa 1ère place !


    votre commentaire
  • [Le Quotidien de la Politique - Vendredi 19 Octobre 2018]

    Lire la suite...


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires