• L'ancien ministre communiste Jack Ralite est décédé.

    L'ancien ministre communiste

    Jack Ralite est décédé.

    « quand il parle,

    des fleurs s’envolent de sa bouche ».

     

    Jack Ralite, né le 14 mai 1928 à Châlons-sur-Marne

    est décédé  le 12 novembre 2017 à l'âge de 89 ans

     

    Né le 14 mai 1928 à Chalons-sur-Marne, dans la Marne, Jack Ralite avait adhéré au PCF en 1947.

    Journaliste à L'Humanité, chargé des pages « culture » de l'édition dominicale, il est élu au conseil municipal d'Aubervilliers en 1959, et devient adjoint d'André Karman.

    Député communiste depuis 1973, Jack Ralite entre au gouvernement en juin 1981, devenant ministre de la Santé puis de l'Emploi, dans les 2e et 3e gouvernements de Pierre Mauroy sous la Présidence de François Mitterand , de 1981 à 1984.

    En 1984, il prend la tête de l'administration municipale d'Aubervilliers et siège au conseil régional d'Île-de-France de 1986 à 1992.

    Il est élu sénateur le 24 septembre 1995 puis réélu le 26 septembre 2004.

    Il démissionne en 2003 de la mairie d'Aubervilliers au profit de Pascal Beaudet, mais demeure conseiller municipal.

    Il a également été vice-président de Plaine Commune de 2000 à 2004.

    Homme de culture, spécialiste reconnu des questions culturelles au Parlement où il siège au sein de la commission aux affaires culturelles, il s'engage pour l'exception culturelle et contre les accords de libéralisation du commerce projet d'Accord Multilatéral sur les Investissements (AMI) à l'OCDE et AGCS de l'Organisation mondiale du commerce.

    On lui doit également d'avoir organisé avec Carlo Ossola la rencontre, à Aubervilliers, entre des élèves du lycée Le Corbusier et des professeurs du Collège de France autour de grands textes de la littérature mondiale.

    Animateur des États généraux de la culture depuis 1987, et président des Carnets Bagouet depuis 1997, il siège aux conseils d'administration du Théâtre du Peuple depuis 1999, du Festival Paris quartier d'été depuis 1996, de la Cité de la musique entre 1999 et 2006, du Théâtre national de la Colline et de l'Ensemble intercontemporain depuis 2002 et du Centre des monuments nationaux de 2004 à 2008.

    Il est le premier lauréat du prix des auteurs de la SCAM 2009.

    Il refuse une quatrième fois la Légion d'honneur en 2012 : « Je n'ai pas refusé trois fois la Légion d'honneur sous la gauche pour l'accepter une fois sous la droite. »

    Sa mort est annoncée le 12 novembre 2017 par la mairie d'Aubervilliers.

    (Wikipédia)

    ----------------------------------------------

    Ralite par Ralite

    Jack Ralite est mort. Nous republions le long entretien qu’il avait accordé à Regards en mai 2013. Avec lui, nous avions feuilleté son album photo, évoqué ses passions pour des hommes, des femmes et des idées.

    A Lire ici >>>>> Regards

     

    ----------------------------------------------

    Disparition d'un communiste, 

    homme de coeur et de culture. 

    La mort de Jack Ralite attriste les communistes (du dedans et du dehors) et les gens de culture. En ce qui me concerne, j'ai rencontré Jack Ralite au Printemps 1968. Naquit une grande affection. Je suivais alors l'école de quatre mois du PCF à Choisy-le-Roi. Cette promotion était dirigée par Jean Burles et Jack Ralite. Elle fût interrompue par l'essor du mouvement... Jack Ralite était attentif aux quelques provinciaux. Chaque week-end, il nous préparait des sorties culturelles.... Je suis resté proche de ce grand homme... Au moment de ma rupture avec le PCF, en 1986, il m'envoya des messages de sympathie. Cette attention était particulièrement rare à cette époque... Adieu Jack, tu vivras dans nos coeurs et combats révolutionnaires donc communistes ! 

    Louis Aminot

       

    ------------------------------------------

    Anicet Le Pors à Jack Ralite

    DIMANCHE, 12 NOVEMBRE, 2017
    HUMANITE.FR

    La tristesse du départ de Jack ne saurait dépasser le sentiment qu’une vie flamboyante vient d’achever sa trace dans notre époque.

    La trace de Jack c’est celle d’un homme du peuple qui aura témoigné des plus beaux sentiments. Un ami commun  m’avait dit un jour : « quand il parle des fleurs s’envolent de sa bouche ».

    Chacun connaît l’homme de culture, mais ce n’était pas seulement celle d’un érudit des plus grands auteurs, des plus hautes créations de l’esprit, c’était aussi le grand frère des artistes et des femmes et des hommes de la pensée militante en même temps que rationnelle et romanesque.

    Nous avons vécu ensemble l’avènement de la gauche au pouvoir au cours des années 1970 et notre entrée au gouvernement en 1981 avec Marcel Rigout et Charles Fiterman. Cette expérience a renforcé une amitié demeurée vivace, jusqu’aux plus simples attentions : l’appel de Jack tous les 1er janvier dans l’après midi pour nous souhaiter une bonne année. Je disais à Jack, il y a peu, que je m’étonnais qu’il ait si peu écrit sur son combat pour la culture et sur les multiples facettes de sa vie.

    Il m’avait répondu qu’il en était bien conscient mais que la masse de ses activités ne lui en avait pas laissé le temps. Il disait « Ma vie me brule le temps ». Il avait cependant décidé de s’atteler à ce travail  dont il me disait qui était déjà bien avancé et qu’il pensait pouvoir achever d’ici six mois.

    Comme tout au long de sa vie sans doute, le temps lui aura manqué pour accomplir l’immensité de ses projets et de ses rêves. Assurément Ils resteront dans les nôtres.

    ----------------------------------------------

     

     

    Jack Ralite est décédé à 89 ans

    Lorenzo Clément avec AFP
    Dimanche, 12 Novembre, 2017
     
    ----------------------------------------------

    L'ancien ministre communiste Jack Ralite est mort

    Militant historique du PCF, il était entré en 1981 dans le gouvernement de Pierre Mauroy et avait dirigé la mairie d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) pendant dix-neuf ans.

    France Info TV A Lire ici >>>>>

    ----------------------------------------------

    L’ancien ministre communiste Jack Ralite est mort

    Jack Ralite fut l’un des ministres communistes du gouvernement de Pierre Mauroy, sous la présidence de François Mitterrand, en charge de la santé puis ministre délégué à l’emploi.


    http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2017/11/12/l-ancien-ministre-communiste-jack-ralite-est-mort_5213784_3382.html
     
    ----------------------------------------------
     
     
    ----------------------------------------------
    ----------------------------------------------

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter