• [Dimanche 16 Juin 2019 Actualités Politiques]

    [Dimanche 16 Juin 2019

    Actualités Politiques]

     
    ----------------------------------------------------------------
    ----------------------------------------------------------------

    Pourquoi tant de haine

    contre Jean Luc Mélenchon et la France Insoumise ?

    • 12 juin 2019
    • Par Gérard Prévost
    Comment comprendre la haine à l’encontre de Jean Luc Mélenchon et de la France Insoumise ? Tout se passe comme si elle était devenue un lieu commun, une sorte de politiquement correct, sinon une précaution oratoire, qui s’impose dans l’espace public venant de sphères intellectuelles et journalistiques ou de certaines catégories sociales, avec nombre de formules plus ou moins malveillantes.
     
     
    ----------------------------------------------------------------
    ----------------------------------------------------------------

     Médiapart

    Olivier Besancenot

    La gauche sociale et politique

    «Est-il possible d’oublier les élections 30 secondes?»

    Pour la création de «coordinations permanentes»

     

    Mediapart : Ces derniers jours, on vous a entendu dans les médias appeler la gauche partisane et sociale à se rassembler. Pourquoi prendre position en ce sens aujourd’hui ?

    Olivier Besancenot : Du fait de l’urgence politique d’abord. Lors des élections européennes, les pires ennemis du monde, le couple Macron/Le Pen – autrement dit, le meilleur ami du capitalis-me et le pire adversaire de la classe ouvrière – a réussi à phagocyter la vie politique.

    Or même si cette apparente hégémonie électorale de la droite et de l’extrême droite n’est pas raccord avec la réalité politique française, les accidents de parcours ne sont plus à exclure. Il faut prendre la mesure des choses. En l’absence d’une réaction sociale et politique à la hauteur des enjeux, finira par arriver le moment où, compte tenu de ce qu’est la politique de Macron et du rejet qu’elle suscite, la stratégie du « dernier rempart contre le RN » n’opérera plus.

    La perspective de voir Le Pen accéder au pouvoir n’est plus un cas d’école. Le champ de ruines qu’est la gauche de la gauche à l’issue des élections européennes, nous oblige à réagir. La gauche radicale n’est pas seulement émiettée, elle est profondément affaiblie et peine à peser concrètement sur le rapport de force.

    Pourtant, la mobilisation sociale des « gilets jaunes » notamment – mais je pourrais évoquer toutes les autres luttes qui ont lieu aujourd’hui dans l’Éducation nationale, l’hôpital public, etc. – a montré que le mécontentement était massif. Et que la révolte n’était jamais très loin. Ce décalage entre perspective politique et combativité des mobilisations sociales nous interpelle tous.

    Comment expliquez-vous ce hiatus ?

    Nous assistons à un bouleversement global des relations sociales et politiques, marqué par une évolution mondiale où la crise historique des partis institutionnels profite en premier lieu aux populismes, aux courants de droite et d’extrême droite, voire aux mouvements fascistes.

    Cette crise politique totalisante renvoie elle-même à un mouvement de bascule du capitalisme international, qui entre probablement dans un nouveau stade de son développement, post-mondialisation libérale.

    Ce tournant percute tout l’édifice de la société, et fragilise considérablement le mouvement ouvrier traditionnel – qui n’avait pas besoin de cela. Plus que jamais, il s’agit donc d’être disponible politiquement au renouvellement de la lutte des classes, tel qu’il a lieu, et pas seulement tel qu’on aurait aimé qu’il se produise.

    De mon point de vue, le rendez-vous manqué, en grande partie, entre la gauche radicale et le mouvement inédit des gilets jaunes, est révélateur de cette situation. Notre incapacité à intervenir loyalement, de manière forte, unie et assumée au sein de ce mouvement, est un échec qu’on ne peut plus se payer le luxe de reproduire.

    Pourtant, La France insoumise et le NPA se sont beaucoup investis sur les ronds-points…

    Oui, bien des choses ont été faites, et quelques initiatives unitaires ont réussi, notamment contre la répression policière. Mais centralement, nous n’avons pas su ou voulu afficher notre volonté commune d’en être. Les questionnements du début de mouvement étaient légitimes. Reste que la lutte des classes n’est jamais « chimiquement pure ». Ce type de mouvement nous déstabili-se, mais il est devant nous, durablement inscrit dans le décor pour les années qui viennent. Dans ces temps incertains, nous devons réapprendre à agir ensemble. Cette séquence est une leçon de choses.

    Qu’enseigne-t-elle ?

    Que si nous sommes repartis pour un tour de discussions habituelles, hantées par les sempiternelles perspectives électoralistes et hégémoniques, on va se planter à coup sûr. Je pose la question : est-il possible d’oublier les élections 30 secondes ?

    Il ne s’agit pas d’en faire un tabou ou de censurer qui que ce soit, mais seulement de tenter collectivement de nous extraire, le temps d’un instant au moins, du calendrier de la République, en inventant et bâtissant notre propre temps politique, notre propre espace démocratique commun.

    Bref, se libérer, ici et maintenant, autant que faire se peut, du carcan institutionnel qui présidentialise tout, et dont nous sommes prisonniers. Car cette fois-ci, nous n’avons plus d’autre choix que de réussir : face à nous, le gouvernement mène une politique libérale singulière.

    Prenant le relais des vingt ou trente ans d’alternance libérale, ce pouvoir souhaite, cette fois-ci, porter réellement le coup de grâce. Sur fond de politique violemment répressive et outrageu-sement autoritaire, il entend systématiser les réformes structurelles en mettant en place la retraite par points, en sortant des milliers de gens de l’assurance-maladie, ou en démantelant pièce par pièce les services publics.

    Nous vivons en direct la tentative revendiquée d’éradiquer l’ensemble de notre système de protection sociale. Ou de ce qu’il en reste. Nous y sommes pour de bon. Cela aura des conséquences irrémédiables dans la vie quotidienne de millions de personnes. Voilà le défi auquel nous sommes tous confrontés.

    C’est pourquoi nous avons la responsabilité d’engager des batailles immédiates, sur une dizaine, une vingtaine, peu importe, d’objectifs communs. Des actions à travers lesquelles la gauche radicale, politique et sociale, peut se retrouver, mais cette fois-ci de façon permanente, pour agir dans la durée.

    Une leçon d’humilité

    Au printemps dernier, lors du mouvement des cheminots, plusieurs rencon-tres à huis clos avaient déjà eu lieu à l’initiative, là encore, du NPA. Dans ces rendez-vous, il y avait La France insoumise, Génération.s, le PCF, des écolo-gistes d’Europe Écologie-Les Verts… Et pourtant, la bataille a été perdue.

    Oui, la mobilisation a échoué, faute notamment de généralisation de la grève. Mais aussi modeste qu’il ait été, notre soutien unitaire a eu sa part d’utilité. En décembre et en janvier, durant la séquence la plus forte du mouvement des gilets jaunes, nous avons réussi finalement à nous réunir plusieurs fois, et de manière plus large qu’auparavant, puisque le cadre n’était pas que celui des formations politiques. Étaient présents des syndicats, comme Sud ou l’UD CGT, le Syndicat de la magistrature, mais aussi Attac, Copernic, le collectif Adama-Traoré… une forme intéressante d’alliance entre la gauche sociale et la gauche politique.

    Sur quoi ces réunions ont-elles débouché ?

    Sur rien de durable, malheureusement. Raison pour laquelle nous suggérons de créer précisément une ou des « coordinations permanentes ». Peu importe le qualificatif qu’on donnera à ce regroupement. L’idée serait de se voir régulièrement, localement comme nationalement, pour agir, lutter et débattre…

    Je ne crois pas qu’à terme la solution politique fédératrice puisse émerger du développement linéaire d’une seule formation politique ou sociale ou d’un seul courant de pensée. Après les élections européennes, les cartes sont rebattues : c’est l’occasion de remettre les choses à plat et de se parler, dans le respect mais aussi la franchise, car les sujets de discorde demeurent eux aussi.

    Quelle est la différence entre un appel unitaire et votre appel à une coordination permanente ?

    Peut-être la volonté d’agir ensemble comme préambule de toute chose. Je ne sais pas, mais il me semble qu’au-delà des désaccords (il en existe et pas des moindres : le rapport aux institu-tions, aux questions de propriété, l’internationalisme…), il existe de nombreuses revendications que nous portons souvent en commun, dans les grèves ou les manifestations : salaires, retraites, services publics, contre la répression, réchauffement climatique, les combats féministes, antiracistes…

    Prenons le temps de cerner ce qui nous rassemble, pour agir, sans craindre de débattre franche-ment sur ce qui nous sépare. Mais cessons d’aller dans les mobilisations de manière non coor-donnée. C’est aussi peut-être de cette manière que nous pourrons être entendus du milieu qui ne nous suit plus, ou pas. Car il n’est pas question de créer un cartel ou une énième combi-naison de la gauche de la gauche, mais de tenter de créer une dynamique qui dépasse toutes nos forces, nos courants, nos collectifs et nos individualités additionnés.

    Au-delà de l’action sur le terrain, que faites-vous de la question électorale ?

    Avant de nous intéresser à l’« au-delà » électoral, commençons par rester sur terre.

    Vous avez soutenu Lutte Ouvrière aux européennes, un parti qui est contre tout rassemblement avec les autres forces de gauche. Par ailleurs, le NPA s’est, ces derniers jours, prononcé contre l’union de la gauche. Ne vous sentez-vous pas seul dans votre volonté de rassembler au sein de votre propre camp ?

    Au NPA, nous sommes contre toute forme d’« union de la gauche » qui, au-delà du souvenir tragique qu’elle a laissé dans les consciences, ait comme vocation de mettre en selle, à l’occasion des élections, les futurs dirigeants de gauche ; lesquels, une fois portés au pouvoir, finiront par mener une politique de droite. Merci, on a donné !

    Mais s’engager sur des actions communes avec d’autres mouvements, nous sommes pour, bien sûr, et nous le faisons tout le temps ! Là, il serait question de tenter de le systématiser. Après, il faut faire avec la gauche radicale telle qu’elle est, et respecter les formations dans leur autonomie et leur pluralité : le NPA, Lutte ouvrière, La France insoumise, le PCF, Génération.s, les antifascistes, les militants écologistes, les militants du mouvement social et syndical…

    Ce qu’il manque aujourd’hui, c’est un peu l’équivalent des bourses du travail qui existaient au 19è siècle. Des lieux ouverts où, motivé par la volonté d’en découdre, chacun s’écoutait, discutait, échangeait, s’engueulait au besoin, mais toujours dans l’idée de participer à ce que notre camp social, celui des exploités et des opprimés, parle et agisse en son propre nom.

    Un espace démocratique, ouvert, où l’on entre et sort, et où il n’existe aucune obligation d’être d’accord sur tout… Je crois qu’il est nécessaire que la gauche radicale abandonne cette logique mortifère du « tout ou rien ». Paradoxalement, lorsque la gauche radicale joue la comédie et mime d’être d’accord sur tout, les actions et les discussions unitaires, elles, progressent le moins. Maintenant, il est vrai qu’une fois dit tout cela, je n’ai pas de solution toute faite ou de méthodologie clés en main à proposer…

    La question de l’incarnation ne se pose-t-elle pas ?

    La question de l’incarnation ne règle rien. Elle pose même à la gauche radicale plus de problè-mes que de solutions. Couper des têtes ou en porter d’autres au pouvoir, cela ne change pas fondamentalement le système et les règles du jeu que nous décrions. Si elle n’évacuait pas la question du « haut », Rosa Luxembourg disait qu’il faut partir du bas.

    Qu’est-ce qui vous fait dire que votre appel à des « coordinations permanentes » trouverait, cette fois-ci, un écho ?

    Ce qui me fait espérer que nous sommes tous placés au pied du mur… Qui peut prétendre aujourd’hui porter seul une dynamique ? Regrouper tout le monde derrière lui ? C’est une leçon d’humilité. Pour nous également.

    Quels seront les prochains chantiers ?

    Il y a les urgences à l’hôpital, bien sûr, les licenciements, la réforme des retraites, mais aussi le référendum sur la privatisation d’Aéroports de Paris… Au moment du débat sur le Traité constitutionnel européen, en 2005, nous avions organisé des meetings communs où il y avait énormément de monde et beaucoup d’espoirs. Pourquoi ne pas s’inspirer de ce succès ?

     ----------------------------------------------------------------

    ----------------------------------------------------------------

    François Ruffin :

    «Je ne comprends pas l’opposition entre "populiste" et "de gauche"»

    Libération >>>>>



    ----------------------------------------------------------------

    ----------------------------------------------------------------

    A la une du Blog : 25 Janvier 2015

    Ensemble !

    Pour l'ouverture

    d'un débat stratégique !

    >>>>>

    ----------------------------------------------------------------

    « Pour l’ouverture d’un débat stratégique »

    Stratégie :  de quoi parlons nous ?

    A Lire ici >>>>>

     

    ----------------------------------------------------------------

    Autogestion et « démocratie directe »

     

    sont deux des faces d’un « dépassement » du capitalisme

     

    A Lire ici >>>>>

     

    ----------------------------------------------------------------

    ---------------------------------------------------------------- 

    Samedi 15 juin 2019

    Première estimation de la participation

    à l'Acte31 des Gilets Jaunes :

    20 401 manifestants minimum.

     

    L'acte 31 des gilets jaunes enregistre la plus faible mobilisation depuis le 17 novembre

    Selon l'Intérieur, 7000 personnes ont manifesté dans toute la France, et moins de 1000 à Paris.

    HuffPost >>>>>


    ----------------------------------------------------------------

    ----------------------------------------------------------------

    L'interpellation du journaliste Taha Bouhafs

    est une "atteinte à la liberté de la presse",

    déplorent des rédactions

    L'arrestation suivie d'une garde à vue est "une nouvelle atteinte à la liberté de la presse", dénonce une vingtaine de sociétés de journalistes et des rédacteurs.

    France Info >>>>>

     

    ----------------------------------------------------------------

    ----------------------------------------------------------------

    Scandale des faux steaks hachés :

    quelles sont les trois entreprises impliquées?

    Libération CheckNews >>>>>

     

    Sur la trace des dealers de steaks en toc

    Libération >>>>>

    " L'auteur et polémiste affirme que le leader insoumis et Eric Coquerel ont insulté les gilets jaunes pendants plusieurs semaines avant de «récupérer» le mouvement. Il accuse même les deux hommes d'avoir supprimé les traces de leurs déclarations passées."

    " En résumé : Il y a bien eu deux temps dans la prise de position de LFI vis-à-vis du mouvement des gilets jaunes, mais jamais le rejet global qu’Onfray dénonce. Entre fin octobre et le 8 novembre, les insoumis ont adopté un soutien prudent de la mobilisation. Inquiets des rumeurs et du bruit médiatique attribuant à l’extrême droite une place importante dans la manifestation, ils n’ont pas appelé officiellement à y participer, tout en insistant sur la légitimité de la colère, et en soutenant les insoumis qui souhaitaient se joindre au mouvement. Pendant cette première phase, le terme «facho» a bien été employé à plusieurs reprises par Jean-Luc Mélenchon, non pour désigner l’ensemble des gilets jaunes, mais pour déplorer que des «fachos» se soient mêlés au mouvement. A partir du 8 novembre, le soutien de LFI aux gilets jaunes devient plus franc. "


    ----------------------------------------------------------------

    ----------------------------------------------------------------

    Mélenchon et LFI ont-il traité les gilets jaunes de «fachos» avant de les «récupérer», comme l'accuse Onfray ?

     

      ----------------------------------------------------------------
    ----------------------------------------------------------------
     

    La grande peur de La République en marche

    face au danger du Rassemblement National

    Dans la majorité, les craintes se multiplient d’avoir installé l’extrême droite comme seule alternative possible.

    Le Monde Abonnés >>>>>

     
    ----------------------------------------------------------------

    ----------------------------------------------------------------

    Effets d'annonce...

    Seulement 9% des promesses de dons pour Notre-Dame de Paris ont été versées

    Sur les 650 millions d'euros promis, environ 80 millions ont bien été versés.

    France Info >>>>>

     

    Ian Brossat

    Seulement 9% des promesses de dons pour Notre Dame ont été versées.

    La différence entre l'impôt et la charité :

    l'impôt, c'est 100% de recouvrement et 0% de publicité,

    la charité, c'est 100% de publicité et 9% de recouvrement

     

    Et encore ce sont les moins riches qui versent le plus...

    ----------------------------------------------------------------

    ----------------------------------------------------------------

    28 mai 2019

    A la une du Blog : 25 Janvier 2015

    Déclaration d’Ensemble!

    après les Européennes

     A lire ici >>>>> Ensemble !


    ----------------------------------------------------------------

    ---------------------------------------------------------------

    Big Bang à Gauche ?

    -----------------------

     

    Pour un Big Bang à gauche

    Il est minuit moins deux.
    L'urgence nous oblige.

    https://www.pourunbigbang.fr/

    Textes - Signatures - Evènements

     ----------------------------------------------------------------

    ----------------------------------------------------------------

     
     

     

    ----------------------------------------------------------------

    ----------------------------------------------------------------

    Initiative Ensemble Insoumis - Dimanche 16 juin  Paris

    Pour info, une initiative (parisienne)

    d’Ensemble-Insoumis-es

     

    et le lien avec le site : http://reflexions-echanges-insoumis.org
    où l’on retrouve nombre de contributions post-Européennes

     

    ----------------------------------------------------------------

    ----------------------------------------------------------------

    Fracture dans LFI

    La France Insoumise :

    la crise s’éternise, les divergences s’expriment au grand jour

    Si les différentes sensibilités coexistaient de manière plus ou moins ouvertes en au sein de la France Insoumise, la crise ouverte après l’échec des européennes se transforme en bataille ouverte. Entre une aile voulant réaffirmer la stratégie populiste de gauche, une autre voulant se retourner vers une union de la gauche, d’autre remettant en cause le seul manque de démocratie interne, les divergences jusque-là mises sous le boisseau tournent à la bataille ouverte.

    Révolution Permanente >>>>>

     

    ----------------------------------------------------------------

    Européennes : "Il est clair que La France insoumise a pris un coup sur la tête et Jean-Luc aussi" reconnaît François Ruffin

    Le député de la Somme assure que "rien n'est dit pour la suite" après le faible score de son parti aux élections européennes, refusant d'y voir une fin de carrière pour le leader de la France insoumise.

    France Info >>>>>

     ----------------------------------------------------------------

    La question existentielle du jour...

    Jean-Luc Mélenchon est-il vraiment

    derrière son «compte Facebook personnel» ?

    Libération >>>>>


     

    ----------------------------------------------------------------

    ----------------------------------------------------------------

    Résultats Élections Européennes dimanche 26 mai 2019

     

    Résultats définitifs sur le site du Gouvernement >>>>>

     

    Résultats par commune sur le site du Télégramme >>>>>

    Résultats du Finistère >>>>>

    Résultats des départements bretons >>>>>

    Résultats France >>>>>

     

    ----------------------------------------------------------------

    ----------------------------------------------------------------

    Désarmons Les...
     
    https://desarmons.net/
     

    BROCHURE SUR LES ARMEMENTS ET LE MAINTIEN DE L’ORDRE

    https://desarmons.net/index.php/2019/04/06/brochure-sur-les-armements-et-le-maintien-de-lordre/


     

     

    ----------------------------------------------------------------

    ----------------------------------------------------------------

    Sud Interieur Solidaires 

    Le niveau de cécité intellectuelle sur la question des violences policières atteint des niveaux records.
     
    Les violences policières sont des violences institutionnelles, résultat d'un choix politique du gouvernement, avalisé par l'administration.
     
    Forcément, c'est gênant.
     
    franceinfo

    Brigitte Jullien, la cheffe de la "police des polices", "réfute totalement le terme de violences policières"

     

    ----------------------------------------------------------------

    Hausse de plus de 200%

    de l'utilisation des LBD et grenades de désencerclement

    par les policiers en 2018

    L'utilisation des lanceurs de balles de défense (LBD) et grenades de désencerclement par les policiers a augmenté de plus de 200% en 2018, une hausse concentrée sur les mois de novembre et décembre marqués par les manifestations des gilets jaunes, a annoncé jeudi l'Inspection générale de la police nationale.
     
    En 2018, les policiers ont utilisés 19 071 munitions de LBD et 5 420 munitions de grenades de désencerclement, soit des hausses de 203% et 296% par rapport à l'année précédente, selon un rapport de l'IGPN.
     

    ----------------------------------------------------------------

    Enquêtes, armes, victimes :
    ce qu'il faut retenir du rapport 2018 de la police des polices

    Le rapport annuel de l'IGPN note une très nette augmentation de l'usage des LBD et des grenades de désencerclement pour l'année 2018.

    France Info >>>>>

     

    ----------------------------------------------------------------

    «Une augmentation de 200%

    des tirs de LBD et grenades de désencerclement»

    Le Figaro >>>>>

     

    Analyse

    Police : l’Etat en illégitime défense

    Libération >>>>>

     

    Hausse de plus de 200 %

    de l’usage de LBD et grenades de désencerclement

    par la police en 2018

    Cette hausse est concentrée sur les mois de novembre et décembre, au début des manifestations des « gilets jaunes », selon un rapport de l’IGPN, la « police des polices ».

    Le Monde >>>>>

     

    ----------------------------------------------------------------

    David Dufresne

    C'est de l'humour noir (le titre) ? :

    "Le nombre de tirs de LBD a explosé

    depuis la crise des Gilets jaunes"

    Le Parisien >>>>>


    ----------------------------------------------------------------

    ----------------------------------------------------------------

    Un procès politique

    Interview.

    Convoqué pour avoir donné à la cagnotte Dettinger :

    « une tentative d’intimidation »

    Thomas 30ans a reçu un mail pour être auditionné dans le cadre d’une enquête sur la cagnotte Leetchi pour C. Dettinger. Quasiment « convoqué » pour avoir donné à une cagnotte, il dénonce une tentative d’intimidation dans le cadre d’un procès très politique.

    Révolution Permanente >>>>>

     

     

    Des donateurs de la cagnotte de Dettinger

    convoqués par la justice

    Plusieurs donateurs de la cagnotte Leetchi ouverte en soutien au boxeur ont été convoqués par la PJ dans une enquête pour abus de confiance.

    Huffpost >>>>>

    Twitter Davduf >>>>>

    Le Monde >>>>>

    ----------------------------------------------------------------

    ----------------------------------------------------------------
     

     

    ----------------------------------------------------------------

    ----------------------------------------------------------------



    ----------------------------------------------------------------

    ----------------------------------------------------------------


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter