• [20 Février 2019 - Affaire Macron - Benalla]

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • [Mercredi 20 Février 2019

    Actualités Politiques]

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • [19 Février 2019 - Affaire Macron - Benalla]

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Communiqué de l'Assemblée Citoyenne de Châteaulin
    19 février 2019


    Le Préfet du Finistère vient d'interdire

    une réunion des Gilets Jaunes du Finistère à Pont-de-Buis


    Suite à l’appel de Commercy, des Gilets Jaunes Finistèriens avaient prévu d’organiser une réunion interne ( Assemblée des assemblées des GJ du Finistère) à tous les groupes du Finistère le dimanche 24 février à la salle François Mitterand de Pont de Buis à partir de 14h00.

     

    Le but de cette rencontre était de mettre en commun les expériences, revendications et méthodes.

    A travers cette journée , Les Gilets Jaunes voulaient montrer que le mouvement est toujours vivant et s'organise.

     

     

    Une réponse positive avait été obtenue pour la réservation de la salle auprès de la municipalité de Pont de Buis (Bourg central en Finistère).

     

    Le Préfet du Finistère vient d’en décider autrement en interdisant la réunion.

     

    Le 1er adjoint de la commune en a informé les organisateurs :

    « Suite à une demande de la Préfecture du Finistère et pour des raisons de sécurité, je vous informe que nous sommes dans l’obligation d’annuler la réservation de l’espace François Mitterrand prévue le 24 février pour votre assemblée générale des Gilets Jaunes du Finistère. ».

     
    L'Assemblée Citoyenne de Châteaulin déplore cette décision du Préfet du Finistère,

    alors même que se tiennent des dizaines de débats locaux.

    Le préfet interdit ainsi la libre expression citoyenne

    et l'auto-organisation du mouvement.


    votre commentaire
  • Combattons l’antisémitisme

    et tous les racismes,

    et refusons toutes les récupérations

     

    Profondément antiraciste, luttant contre toutes les formes de discriminations, le NPA s’était inquiété il y a quelques jours de la recrudescence des actes antisémites, confirmée par les chiffres du ministère de l’Intérieur lui-même. Dans le détail, ceux-ci sont passés de 311 en 2017 à 541 l'an passé : +74 %. La CNCDH, Commission consultative des droits de l'homme, indiquait dans son dernier rapport que, si la tendance est à la baisse en ce qui concerne les actes racistes constatés, une progression des actes les plus violents est à signaler, en particulier auprès de membres de la communauté juive.

    Une progression qui s’est manifestée de différentes façons ces derniers jours : inscription antisémite « Juden » sur la vitrine d’un magasin Bagelstein, saccages des arbres plantés en souvenir d'Ilan Halimi (jeune homme de confession juive mort sous la torture en 2006 dans l'Essonne), croix gammées dessinées sur les portraits de Simone Veil fait par un street artist, jusqu’aux récentes agressions verbales contre Alain Finkielkraut ce samedi.

    Car ce sont bien, lorsqu’on les met bout à bout, des paroles nauséabondes et clairement antisémites qui se sont exprimées contre lui en marge d’une manifestation des Gilets jaunes : « Barre-toi, sale sioniste de merde ! », « Rentre chez toi en Israël ! », « la France elle est à nous ! »... Membres de groupuscules d’extrême droite ou militants salafistes comme semble le dire aujourd’hui la presse, qu’importe. Cette haine n’a rien à faire dans nos luttes sociales, elle doit être clairement combattue.

    Pour pouvoir la combattre réellement, il est indispensable de ne pas avoir l’indignation à géométrie variable et la récupération facile. On a ainsi le droit d’être dubitatif quand on voit aujourd’hui certaines personnalités – actuellement au gouvernement ou qui y ont été ces dernières années – délivrer des brevets d’antiracisme, alors même qu’ils pratiquent des politiques inhumaines à l’égard des migrantEs et que toutes leurs politiques antisociales nourrissent le fumier sur lequel prospèrent tous les racismes, toutes les divisions. Et l’on n’oublie pas ceux qui ont multiplié, au cours des dernières années, les propos contre les musulmanEs ou les Rroms, et ont mis en œuvre des mesures racistes quand ils étaient au gouvernement, au travers notamment des actions de prétendu « maintien de l’ordre » dans les quartiers. Souvent les mêmes qui aujourd’hui se servent des insultes contre Finkielkraut pour salir tout un mouvement social, celui des Gilets jaunes…

    C’est parce que la lutte contre l’antisémitisme est une chose trop importante pour être laissée aux opérations de récupération diverses et variées que nous n’associons pas nos voix à celles de ces pompiers pyromanes, aussi hypocrites que dangereux. C’est la raison pour laquelle le NPA et ses porte-parole ont signé l’appel « Contre les actes antisémites, contre leur instrumentalisation, pour le combat contre toutes les formes de racisme », lancé notamment par des militantEs et forces de l’antiracisme politique, dont l’Union juive française pour la paix. Le NPA sera aussi présent au rassemblement annoncé par cet appel, mardi 19 février à 19h place Jean Ferrat (devant le métro Ménilmontant – Paris 20e).

    Montreuil, le lundi 18 février 2019


    votre commentaire
  • Danièle Obono : l'attaque n'est pas nouvelle...

    Libération (CheckNews) met les choses au point...

    une fois de plus...

    Danièle Obono a-t-elle «plus pleuré pour Dieudonné que pour Charlie Hebdo», comme l'affirme Guillaume Durand?

    L'attaque n'est pas nouvelle. En 2017, la députée Insoumise avait dû expliquer qu'elle considère Dieudonné comme un «raciste», un «antisémite» et un «ennemi».

    Libération >>>>>


    votre commentaire
  • Gilets Jaunes :

    le préfet du Finistère leur interdit

    une salle de réunion à Pont-de-Buis

    7 Seizh Info >>>>>

    Pont-de-Buis, lundi 18 février 2019,

    suite à l’appel de Commercy (http://7seizh.info/2019/01/29/appel-de-la-premiere-assemblee-des-assemblees-des-gilets-jaunes/)   

    des Gilets Jaunes finistèriens avaient prévu d’organiser une réunion interne à tous les groupes du Finistère

    ( Assemblée des assemblées des GJ du Finistère)

    le dimanche 24 février à la salle François Mitterand à partir de 14h00.

     

    “Les GJ du Pays Bigoudens invitent tous les Gilets Jaunes du Finistère, et d’ailleurs, à une assemblée des assemblées le dimanche 24 février à Pont-de-Buis, salle François Mitterrand, de 14h à 18h.
    Le but de cette rencontre est de mettre en commun nos expériences, revendications et méthodes. A travers cette journée nous montrerons que ce mouvement est toujours vivant et de mieux en mieux organisé. Ensemble nous serons mieux à même de changer ce système qui nous appauvrit, éborgne et mutile.

    On lâche rien!”

     

    Si une réponse positive avait été obtenue pour la réservation cette salle auprès de la municipalité, le préfet du Finistère vient d’en décider autrement et le 1er adjoint de la commune vient d’en informer les principaux organisateurs des Gilets Jaunes :

    “Mail d’annulation de la réservation de la salle en date du 18 février 2019:

    Bonjour,

    Suite à une demande de la Préfecture du Finistère et pour des raisons de sécurité, je vous informe que nous sommes dans l’obligation d’annuler la réservation de l’espace François Mitterrand prévue le 24 février pour votre assemblée générale des Gilets Jaunes du Finistère.

    Je vous remercie pour votre compréhension,

    Cordialement,

    Daniel Gervot,

    1er adjoint au Maire


    votre commentaire
  • Le Havre,

    manifestation "alternative" contre l'antisémitisme

    Mardi 19 Février 2019

     

    A l'appel de l'AHSETI, l'AFPS, ATTAC, Mouvement de la Paix, Solidaires, Ensemble !, NPA, France Insoumise Le Havre, une autre manifestation contre l'antisémitisme aura lieu, indépendante de la manifestation "officielle" d'union nationale,

    à 18h, Mardi 19 février 2019, à l'Oiseau Blessé (jardins de l'Hôtel de Ville).

    L'APPEL UNITAIRE :

    Nous serons présents à ce rassemblement afin d'affirmer notre détermination à lutter contre l'antisémitisme ainsi que toutes les autres formes de racisme, mais nous ne défilerons pas aux côtés de ceux qui, LREM en tête, en sont responsables. Cela relève pour nous de la contradiction : L’antisémitisme est une affaire bien trop grave pour la laisser à celles et ceux qui, jour après jour, attisent le feu pour prétendre ensuite mieux l’éteindre.

    Nous sommes toutes et tous activement impliqué-e-s dans la lutte contre le racisme sous toutes ses formes. La lutte contre l’antisémitisme fait partie de notre combat. Nous condamnons fermement les actes antisémites, qui surgissent dans un contexte social particulier.

    Malgré la répression, le mouvement des Gilets Jaunes continue de bénéficier d’un fort soutien populaire. Il n’est pas homogène : face à un gouvernement déterminé à ne pas répondre aux attentes sociales, il reflète la société française et ses contradictions et a largement évolué depuis le mois de novembre.

    Les tags antisémites du week-end du 9 Février comme la dégradation du lieu de mémoire d’Ilan Halimi s’inscrivent dans le contexte de cette période brouillée. Une période qui favorise la résurgence d’un racisme identitaire rappelant celui de l’entre-deux guerres. Ces actes antisémites portent bien la signature idéologique de l’extrême-droite nostalgique du nazisme (croix gammées, croix celtiques, « juden » etc.). Or le gouvernement et ses alliés ont choisi d’utiliser ces actes contre les Gilets jaunes, qui ne seraient que violents, antiparlementaires et antisémites, au mépris de la vérité.

    Pourtant, c’est bien ce gouvernement qui, récemment, entreprenait de réhabiliter le Maréchal Pétain, chef du régime collaborationniste de Vichy.

    C’est bien ce même gouvernement qui, avec ceux qui l’ont précédé, utilise en permanence la politique du bouc-émissaire qui consiste à rejeter sur plus malheureux que nous, les conséquences de leur politique désastreuse : Ce gouvernement est celui de ceux qui gagnent 20 000 euros et qui cherchent à persuader ceux qui n’en gagnent que 1500 que c’est la faute de ceux qui en gagnent 600 !
    Les juifs ont été les premiers, depuis très longtemps, à servir de boucs-émissaires. Avant et après la première guerre, ce furent les Italiens d’abord, puis les Polonais et les Belges. Après la seconde, ce furent les Espagnols, puis, après la guerre d’Algérie, les Arabes. A chaque fois, ces populations ont été accusées de tous les maux, pour éviter que la colère populaire ne se porte sur le véritable responsable : le capitalisme et sa politique antisociale.

    Nous n’acceptons pas la manipulation dégradante de la lutte antiraciste par tous ceux qui, le plus souvent, ont favorisé le racisme.
    Enfin, notre détermination contre tous les racismes n'a d'égale que notre absence de compassion pour Alain FINKELKRAUT, qui n'a de cesse, dans son émission radiophonique, de diffuser ses propos xénophobes à l'égard de la jeunesse des banlieues, responsable selon lui de l'acculturation de notre société et de la dégénérescence de notre langue. Affirmer notre refus de l’antisémitisme ne nous empêche pas de combattre également la bêtise et la haine !

    Nous luttons de toutes nos forces contre les actes antisémites, actes répugnants s’il en est, et qui nous ramènent à ce que notre histoire a connu de pire. Mais nous n’acceptons pas qu’une manifestation contre l’antisémitisme puisse être utilisée pour salir les Gilets Jaunes. Voilà pourquoi nous appelons à manifester, au même endroit, mais sous une autre bannière, qui ne sépare pas la lutte antiraciste de la lutte sociale.


    votre commentaire
  • Gilets Jaunes :

    le préfet du Finistère leur interdit

    une salle de réunion à Pont-de-Buis

    7 Seizh Info >>>>>

    Pont-de-Buis, lundi 18 février 2019,

    suite à l’appel de Commercy (http://7seizh.info/2019/01/29/appel-de-la-premiere-assemblee-des-assemblees-des-gilets-jaunes/)   

    des Gilets Jaunes finistèriens avaient prévu d’organiser une réunion interne à tous les groupes du Finistère

    ( Assemblée des assemblées des GJ du Finistère)

    le dimanche 24 février à la salle François Mitterand à partir de 14h00.

     

    “Les GJ du Pays Bigoudens invitent tous les Gilets Jaunes du Finistère, et d’ailleurs, à une assemblée des assemblées le dimanche 24 février à Pont-de-Buis, salle François Mitterrand, de 14h à 18h.
    Le but de cette rencontre est de mettre en commun nos expériences, revendications et méthodes. A travers cette journée nous montrerons que ce mouvement est toujours vivant et de mieux en mieux organisé. Ensemble nous serons mieux à même de changer ce système qui nous appauvrit, éborgne et mutile.

    On lâche rien!”

     

    Si une réponse positive avait été obtenue pour la réservation cette salle auprès de la municipalité, le préfet du Finistère vient d’en décider autrement et le 1er adjoint de la commune vient d’en informer les principaux organisateurs des Gilets Jaunes :

    “Mail d’annulation de la réservation de la salle en date du 18 février 2019:

    Bonjour,

    Suite à une demande de la Préfecture du Finistère et pour des raisons de sécurité, je vous informe que nous sommes dans l’obligation d’annuler la réservation de l’espace François Mitterrand prévue le 24 février pour votre assemblée générale des Gilets Jaunes du Finistère.

    Je vous remercie pour votre compréhension,

    Cordialement,

    Daniel Gervot,

    1er adjoint au Maire


    votre commentaire
  • Une "France en morceaux" : une enquête révèle le regard que portent les Français sur leur territoire et leur cadre de vie

    L'enquête inédite que révèle franceinfo mardi a été menée par Elabe et l'Institut Montaigne. Elle décrit quatre catégories de Français et leur rapport aux mobilités personnelles, professionnelles, sociales et géographiques.

    France Info >>>>>

    Enquête Elabe >>>>>


    votre commentaire